jeudi 25 avril 2019
RDC: Moïse Katumbi menace Kabila d'une intervention militaire après l'annonce du report des élections dans la région de Beni-Butembo et Yumbi.

RDC: Moïse Katumbi menace Kabila d'une intervention militaire après l'annonce du report des élections dans la région de Beni-Butembo et Yumbi. Featured

La situation politique actuelle de la république démocratique du Congo est envoie d'exploser suite à un processus électoral biaisé par le régime de Kabila en complicité avec monsieur Corneille Nanga président de la CENI. Si la communauté internationale et le conseil de sécurité des nations unies vont continuer impuissamment à assister à la destruction de la démocratie en RDC, elles seront tous comptables de ce qui va arriver pendant et après les élections prévues le 30 décembre de cette année.

                            
A l'allure où vont les choses, la RDC est en train de se diriger petit à petit vers la guerre civile dont les conséquences risquent d’être plus dangereuses si rien n’est fait pour le moment. La CENI et le régime de Kabila ont pris le peuple congolais et sa jeune démocratie en otage. Ils se comportent comme si ils sont au-dessus de la mêlée et prennent seuls des décisions sur l’avenir de tout un peuple comme si ils sont à face des bêtes et non à des êtres humains. Cette manière de gérer la république démocratique du Congo est inacceptable. Aucun congolais conscient ne peut plus accepter qu’un groupe d’individus prenne toute la république en otage comme c’est le cas aujourd’hui. Voilà pourquoi le peuple congolais attendait beaucoup de ces élections qui se préparent d’une manière chaotique par monsieur Nanga qui, en voyant de loin, a déjà transformé la Commission Electorale Nationale Indépendante à une caisse de résonnance de la majorité présidentielle. Désormais c’est la CENI qui joue toutes les cartes de la majorité au pouvoir. Nanga est un véritable levier de la Kabilie et tout ce qu’il fait c’est pour l’intérêt de la Kabilie et non du peuple congolais.

Pour preuve, si Kabila est encore au pouvoir aujourd’hui en violation de toutes les dispositions constitutionnelles est grâce à monsieur Nanga qui, au nom de l’Independence de la CENI empêche finalement la tenue des élections en république démocratique du Congo.

Aujourd’hui plusieurs voix se lèvent pour décrier la megestion du processus électoral en cour par monsieur Nanga qui, malheureusement s’en tête au lieu d’écouter la voix de la raison. Nous sommes à face d’un processus électoral trop dangereux pour l’avenir de la RDC.

La CRDH qui est en train de suivre la situation de très prêt alerte l’opinion nationale qu’internationale sur les conséquences néfastes de ces élections qui se préparent d’une manière un peu particulière par monsieur Nanga.

Nous avons appris par la voie d'un article publié par l'AFP que l'opposant congolais Moïse Katumbi menace Joseph Kabila d'une intervention militaire et demande pardon aux congolais pour tout ce qui pourrait arriver s’il n'y a pas des élections libres après le 30 décembre 2018 !!!

Moïse Katumbi :

« Je demande à Joseph Kabila de démissionner, il a déjà échoué par 3 fois à organiser les élections cette fois-ci nous allons agir, j'en profite pour demander pardon aux congolais pour ce qui va arriver c'est ne sera pas de notre faute, la communauté internationale est témoin du comportement de Monsieur Kabila qui ne veut pas quitter le pouvoir ».

En exil depuis plus de deux ans, l’ancien gouverneur de la province du Katanga, en RDC, appelle les Congolais à manifester pacifiquement contre le régime en place.

« nous n'allons plus tolérer la souffrance du peuple congolais , nous avons suivis de très près le déroulement de la  campagne électorale avec une telle violence on ne peut rien attendre de bon de ce régime mais Monsieur kabila peut encore sortir par la grande porte en laissant les congolais s'exprimer librement aux élections au cas contraire nous allons prendre d'autres dispositions et c'est ne sera pas de notre faute, nous ne serons pas tenus pour responsables de tout ce qui va arriver, que les congolais nous pardonne mais nous devons sauver notre pays » a-t-il conclu d'après l'Agence France Presse (AFP).

L'année 2019 est donc une année de tous les risques, tous les scénarios sont possibles mais le Congo risque de s'enfoncer d'avantage dans l'instabilité politique et la vie des congolais ne sera que dérangée, espérons seulement que la communauté internationale intervienne avant l'arrivée de l'hécatombe.

L'a déclaration de cet opposant congolais de taille intervient après la décision de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), de priver la population de la région de Beni, Butembo et Yumbi son droit politique de se choisir librement son président de la république au même titre que d'autres populations des autres coins de la RDC. Cette population Abandonnée à la merci des égorgeurs et d'autres groupes armés qui sèment la terreur et désolation dans le Grand Nord de la Province du Nord-Kivu et à Yumbi, attendait bras ouverts ces élections et disait être prête pour sanctionner sévèrement le régime actuel incapable d'assurer sa sécurité et son bien-être pendant plus de 17 ans de règne. Malheureusement, le régime dont fait l'objet par l'entremise de la CENI vient d'écarter cette population dans ce processus aussi important et historique de la République Démocratique du Congo.

La décision politiquement motivée de la CENI est une provocation au peuple congolais. Nanga est en train de préparer le lit de la violence au vu et au su de la communauté international et de nations unies qui pourtant doivent prendre des mesures préventives pour l’intérêt supérieur du peuple congolais.

Donc pour ce régime de Kabila, comme la population de Beni n'a aucun droit à la sécurité et à la paix comme d'autres citoyens de la RDC, elle n'a pas aussi le droit politique (le droit de se choisir librement son président).

Personne n'ignore que la décision de monsieur Nanga est politique. Kabila est déterminé à agenouiller la population de Beni-Lubero et de l'anéantir complètement. Nous avons déjà dénoncé plusieurs fois le plan contre les nandes mais certains se forcent de ne pas comprendre et continuent à rouler pour ce régime au détriment de la communauté et de la nation congolaise. Les nandes doivent comprendre désormais que les menaces sont réelles et doivent prendre des dispositions pour y faire face. Un peuple anéanti politiquement et économiquement ne peut jamais émerger et donc, la population de Beni-Lubero est vouée à l'extermination. Nous dénonçons et condamnons ce complot contre la population de Beni-Lubero.

Maître Jean Paul Paluku Ngahangondi, initiateur de la CRDH.

Webesite: www.crdh-drc.org

logo black

No. 03, Boulevard Du 30 Juin
Q. Mbimbi, Commune Rurale D’oicha,
Province Du Nord-Kivu, Rep. Dem. Du Congo.
Tel : (+243) 996525718, 997706782, 814163204
Email: info@crdh-drc.org | crdhoicha234@gmail.com
Web: www.crdh-drc.org

Suivez-nous sur les Médias Sociaux

Qui Est en Ligne

Nous avons 78 invités et aucun membre en ligne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER