mardi 25 février 2020 | Login
Les massacres de Beni, où en sommes-nous?

Les massacres de Beni, où en sommes-nous? Featured

Depuis le début des massacres, nous avons aujourd'hui l'avantage de bénéficier de la solidarité de plusieurs Leaders, pour faire attendre la voix des victimes. Mais également pour dénoncer publiquement le complot d'occupation de la partie orientale du pays par ceux qui la tiennent pour promesse de guerre depuis 1996.
Nous rendons grâce au Très-Haut, pour cette unanimité qui se construit, malgré les tentatives de diversion de l'ennemi à travers ses porte-paroles (dont Nicaise, Kavota et Nyonyi), pour dire à haute voix que:
Image result for les adf nalu a beni
  • Les massacres de Beni visent à déloger le peuple congolais des terres de ses ancêtres, afin d'y installer un peuple bénéficiaire des feuilles de route du gouverneur du Nord-Kivu et qui s'exprime dans une langue précisée par son Éminence le Cardinal;
  • Le djihadisme islamiste n'a pas un terrain favorable à son développement au Grand Nord où l'islam ne représente même pas 0,5% de la population, encore qu'il n'y a aucun enjeux qui puisse séduire l'État islamique dans cette partie du pays;
  • Le Cacao produit à Beni fait partie des enjeux des massacres, et qu'il importe de remonter la filière des fournisseurs de ce produit à Beni pour comprendre les jeux d'intérêt autour des massacres des propriétaires des champs dont le labeur profite à ceux qui forcent la thèse du djihadisme islamiste (afin de jouir abusivement et de manière inaperçue du Cacao des victimes); https://www.voaafrique.com/a/cacao-promesse-nord-kivi-culture-agriculture-developement/3640793.html
  • L'armée nationale et la police sont infiltrées par les auteurs des massacres qui opèrent sous l'uniforme des forces régulières et profitent d'un discours naïf d'appel à collaborer avec l'armée et la police (y compris donc avec les infiltrés). De cette manière, la population est obligée de collaborer avec ses bourreaux (infiltrés dans l'armée) qui finissent par la massacrer sans que les victimes ne prennent aucune précaution de s'autodéfendre;
  • Les membres de l'État-Major général avancé installés à Beni n'ont aucune preuve de faiseurs de paix, pour avoir figuré sur les listes noires des organisations internationales et de l'ONU, ce qui nous donne l'impression que les dirigeants congolais participent à ce complot (en donnant une prime aux criminels);
La solution à la situation de Beni passe par trois strategies :
Image result for la police et l'armee a la traque des adf
  1. L'assainissement de la police et de l'armée (en arrêtant les officiers étiuettés criminels et en organisant la mutation des soldats partageant la langue de l'ennemi),
  2. La programmation des enquêtes de la CPI en vue d'un procès juste et équitable, 
  3. Le déploiement d'une force internationale pour appuyer la sécurisation des autochtones retournés dans leurs villages et champs.
  4. La réconciliation nationale devrait suivre alors, entre peuple congolais, sans obstruction aux actions judiciaires qui visent réparation et restauration de la dignité des victimes.
Les crimes commis par les ADF ne resterons jamais impunis. 
Continuons la lutte et Dieu donnera la victoire à son peuple.
Paluku Sivihwa Germain
Activiste 

logo black

No. 03, Boulevard Du 30 Juin
Q. Mbimbi, Commune Rurale D’oicha,
Province Du Nord-Kivu, Rep. Dem. Du Congo.
Tel : (+243) 851 885 713
Email: info@crdh-drc.org | crdhoicha298@gmail.com
            palukungahangondijp@gmail.com
Web: www.crdh-drc.org

Suivez-nous sur les Médias Sociaux

Qui Est en Ligne

Nous avons 83 invités et aucun membre en ligne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER