vendredi 17 janvier 2020 | Login
RDC: Réaction à l'adresse de Son Eminence le Cardinal Ambongo(Avec l'expression de ma considération distinguée)

RDC: Réaction à l'adresse de Son Eminence le Cardinal Ambongo(Avec l'expression de ma considération distinguée) Featured

Je dois remercier le Cardinal, pour son courage pastoral d'aller à la rencontre d'un peuple meurtri dont les cris de détresse sont étouffés par les interférences de ceux qui participent (abusant des pouvoirs publics) au complot que dénonce le Serviteur de Dieu, je cite le Cardinal.
La visite pastorale à Beni-Butembo et le point de presse de son Eminence sont un véritable coup de pousse, on ne peut plus, nécessaire pour faire entendre la voix des victimes.
A la suite de ce point de presse, il y a lieu d'insister sur :
1. Le processus d'occupation de la partie Est de la RDC, par les populations d'expression rwandophone qui s'installent avec la complicité du régime politique de notre pays : ces peuples migrent du Sud vers le Nord de la province, bénéficiant d'un encadrement des autorités en place. Ces migrants se servent des feuilles de route polycopiées à partir de celles obtenues (en plus de 50$US, pour le transport de chaque famille des retournés) au gouvernorat du Nord-Kivu, à l'issue d'un Sit-in y organisé par les représentants de ces peuples rwandophones. 
Et en conséquence,  sur leur trajectoire, ces peuples ne font face à aucune obstruction ni restriction, sous peine de poursuites et harcèlements des auteurs par des services congolais de sécurité.
2. La diversion entretenue par les pouvoirs publics congolais qui ne veulent pas reconnaître cette occupation de notre pays, et brouillent la situation, en forçant l'idée d'un prétendu "terrorisme islamiste ou djihadiste" imaginaire, pour détourner l'attention de l'opinion nationale et internationale sur ce plan d'occupation de Beni-Butembo. 
3. Les données des rapports indépendants qui affirment avec conviction que les ADF, s'il en existent encore, leur nombre est inférieur à 200. Dès lors que Beni a 21 mille militaires autour de 11 Généraux, la simple stratégie du corps à corps même pour 800 militaires fait voir clairement qu'une thèse ADF/Djihadiste, ou de la victime bourreau, d'elle-même pendant plus de 5 ans, est une histoire à faire dormir debout et que leurs auteurs peuvent bien raconter à ceux dont le quotient intellectuel est en dessous de la moyenne.
4. Le fait que la Monusco n'intervient pas lorsque les populations riveraines de ses bases sont massacrées n'exonère pas les forces de défense congolaises de leur responsabilité. Les causes de l'immobilisme de la Monusco est à rechercher dans la convention négociée entre le gouvernement congolais et les Nations Unies. Les peuples autochtones ne comprennent pas du tout cette inaction de l'ONU, mais il y a lieu d'estimer que cet isolement de la Monusco des "zones de combat" arrange bien le gouvernement congolais.
5. Ce qu'on appelle armée nationale, à l'Est du pays, mérite d'être réévalué. Comment peut-on comprendre qu'on observe un mouvement des peuples rwandophones déversés à Beni, et l'on n'y déploie les soldats rwandophones pour combattre leurs propres frères de langue ? Si le gouvernement congolais veut faire réellement la paix à l'Est, ce ne serait pas par des militaires rwandophones ou par des commandements de ceux qui doivent reconnaissance et loyauté au système pro-rwandais qui pilote les forces de sécurité du pays.
6. Le fait que les Nande ne peuvent jamais massacrer les autres Nande. Qu'ils soient congolais, ou qu'ils viennent de l'Ouganda voisin. La culture Nande étant incompatible avec le fait même de verser le sang de tout être humain. Le nom ADF étant d'origine ougandaise, le mouvement qui opère actuellement sous cette appellation n'a plus rien à voir avec l'Ouganda. Parce que ceux qui tuent s'expriment en kinyarwanda, selon les rapports sérieux sur ces massacres. Et la perception du Cardinal trouve donc toute sa pertinence, lorsqu'il parle de l'implantation d'un peuple d'expression rwandaise. 
7. Le cynisme des pouvoirs publics congolais qui accusent la victime (peuple Nande) d'être son propre bourreau. On doit donc se poser la question de savoir contre qui sont lancées les opérations de grande envergure ? Est-ce contre le peuple bourreau de lui-même ou alors contre le vrai ennemi aujourd'hui protégé par les tenants du pouvoir ?
8. La balkanisation de la RDC (dans sa partie orientale), si elle aura lieu, ce sera en complicité avec le régime qui gouverne à Kinshasa, qui n'a aucun intérêt à résister contre les velléités expansionnistes de Kigali (devenu partenaire privilégié dans la région).
9. Le business du Cacao devenu une affaire juteuse d'officiers militaires dans la région fait partie des enjeux des opérations militaires de Beni. Les grands fournisseurs du Cacao à Beni et Kamango sont des officiers militaires qui utilisent certains anciens activistes des droits humains bien connus à Beni en tant que gérants de leur business. On  ne comprend pas comment des militaires en guerre dite complexe peuvent avoir le temps de cultiver, d'entretenir et de récolter le Cacao, sans aucune menace des "ADF". Les kidnappings des enfants de Beni utilisés comme main d'oeuvre dans le champ de Cacao ne peuvent être que l'œuvre de ces nouveaux businessmen qui veulent développer leurs affaires, expulsant les pauvres paysans qui n'ont plus d'autres moyens de survie, à part le travail de la terre.
Au peuple de jouer sa responsabilité, pour protéger ce qui lui est très chère, la Patrie !
Encore une fois, merci infiniment au Cardinal pour sa visite pastorale très réconfortante.
Pierre Kasimwa

logo black

No. 03, Boulevard Du 30 Juin
Q. Mbimbi, Commune Rurale D’oicha,
Province Du Nord-Kivu, Rep. Dem. Du Congo.
Tel : (+243) 851 885 713
Email: info@crdh-drc.org | crdhoicha298@gmail.com
            palukungahangondijp@gmail.com
Web: www.crdh-drc.org

Suivez-nous sur les Médias Sociaux

Qui Est en Ligne

Nous avons 62 invités et aucun membre en ligne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER