vendredi 6 décembre 2019 | Login
RDC-LUBERO : Les milices continuent à faire la loi dans plus d'un territoire au Nord-Kivu

RDC-LUBERO : Les milices continuent à faire la loi dans plus d'un territoire au Nord-Kivu Featured

La présence du groupe rebelle Nduma Défense of Congo, NDC-Rénové en sigle, dans la chefferie de Bamate en territoire de lubero continue à inquiéter la population, cette milice qui accable la population en lui imposant des taxes chaque 15è jour du mois, les tueries, l'exploitation et la commercialisation de minerais, l'abattage des bêtes protégées, sont les principaux griefs qui à leur charge. Dans une descente réalisée sur place le 20 juillet 2019 par l'équipe de la CRDH, deux jours avant que l'enseignant à l'Institut Bunyatenge du nom de Kasereka Nzanzu Jean Paul ne soit tué par cette milice.

La population victime de cette barbarie n'a pas hésité à exprimer son mécontentement.

Pour Kakule kyalwahi cultivateur dans la Zone, cette milice était venu dans l'objectif de déloger les FDLR, mais que ces FDLR sont partis, la milice a jugé meilleur d'occuper la zone et fait la loi : nous sommes victimes de plusieurs pratiques de ces rebelles, depuis qu'ils sont ici, ça fait maintenant plus de 10 ans, ce sont eux qui font la loi, nous sommes contraints de payés 1000fc chaque 15 ème jour du mois, une taxe payée par âme, (pour dire tout Celui qui respire), ils sont maintenant dans tous les secteurs de la vie, nous les voyons dans l'exploitation de minerais, même dans les questions coutumières, ils vont jusqu'à y installer des chefs coutumiers qui, facilement obtempèrent à leur décision, le cas récent est Celui de Mr Passa mbili en remplacement de Mr Musubaho Shembungu chef de groupement Munzogha. A-t-il souligné.

Où sont les forces armées de la République Démocratique du Congo, FRDC ?

Pendant que l'ennemi continue à faire sa loi, l'absence des éléments FARDC se fait sentir dans la Zone, et cela fait déjà plus de dix ans. La femme Kavira Tukinalwa habitante de fatuwa, un village du groupement Munzogha en territoire de lubero rencontrée par la CRDH a indiqué qu'il y a des enfants depuis qu'ils sont nés, ils n'ont jamais vu les militaires congolais : nous sommes dans une colonisation, nous faisons tout ce que ces "Binyawu" ( pour dire monstres en français) nous imposent, ce comme si nous sommes dans un autre Etat, nous ne savons pas si les militaires FARDC sont où, ils nous ont laissés dans une colonisation de ces rebelles, a-t-elle précisé.

Avec l'espoir d'être entendu, la CRDH demande à l'État congolais de multiplier ses efforts pour que l'autorité de l'État soit rétablie dans cette partie de la province du Nord-Kivu, chose qui fera que le soulagement des victimes qui vivent avec la peur au ventre à cause de toutes ces atrocités soit possible.

Communication CRDH/ Adrien Simisi

logo black

No. 03, Boulevard Du 30 Juin
Q. Mbimbi, Commune Rurale D’oicha,
Province Du Nord-Kivu, Rep. Dem. Du Congo.
Tel : (+243) 851 885 713
Email: info@crdh-drc.org | crdhoicha298@gmail.com
            palukungahangondijp@gmail.com
Web: www.crdh-drc.org

Suivez-nous sur les Médias Sociaux

Qui Est en Ligne

Nous avons 142 invités et aucun membre en ligne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER