mardi 25 février 2020 | Login
SÉCURITÉ : Les présumés Adf se comportent en électro libre dans la région de Beni.

SÉCURITÉ : Les présumés Adf se comportent en électro libre dans la région de Beni.

Comme dans un espace déjà conquis, les criminels qui insécurisent au plus haut point la région de Beni en Province du Nord-Kivu, se comportent en électro libre car, visiblement ces rebelles très hostiles de la région, constitués en majorité par des femmes et des enfants qui opèrent à l'aide des armes blanches et quelques armes en feu seulement, semblent accélérer les actes des violences. Désormais, ils attaquent quand ils veulent et là où ils veulent, sans même avoir peur de la réaction des milliers des éléments FARDC et ceux de la force Onusienne déployés dans la région pour imposer la paix, la sécurité et rétablir l'autorité de l'État. La population est exposée à la boucherie comme des brebis sans bergers face aux brigands. Tout le jour on enregistre des attaques de la part de ces hors la loi, le nombre des morts et des disparus dans le chef de la population civile ne fait que croitre du jour au jour.

Alors que plusieurs villages victimes des attaques de ce groupe rebelle dont le gouvernement et les nations unies à-travers la Monusco sont incapables d'identifier, ont été vidés de ses populations suite aux massacres, incendies des maisons d'habitations, kidnappings et autres actes criminels, on observe maintenant une forte menace de la part de ces bandits sur la ville de Beni et la commune rurale d'Oïcha où les populations venues des autres coins se sont déjà concentrées. Cette menace se justifie par la multiplicité des attaques meurtrières que subissent les deux entités précitées malgré le nombre des militaires du gouvernement et ceux de la nations unies. Rien ne marche dans la région de Beni actuellement sur le plan sécuritaire. Tout peut arriver en importe quand vu ce qui s'y passe.

Pour nous en convaincre, jeudi, le  4 Octobre 2018, les présumés Adf ont attaqué le quartier général des opérations militaires Sokola1, situé  à 5 Km de la Paroisse Païda en Ville de Beni, tronçon Beni-Kasindi, alors que le Commandant des opérations militaires Sokola1, était en pleine réunion d'harmonisation des opérations avec ses officiers. Dans cette attaque, Six personnes ont été tuées dont 4 éléments FARDC et 2 civils. Quelques éléments de l'armée régulière FARDC qui ont préféré s'exprimer sous l'anonymat, ont laissé entendre à la CRDH que, ce qui a compliqué la situation est que, leurs adversaires étaient vêtus en tenues militaires qui ressemblent aux uniformes de l'armée régulière FARDC, avec mention FARDC, drapeau de la RDC, gilets en balles et casques. Habillement de la même dotation des unités déployées dans la région de Beni. Si cela est vrai, ils auraient tous le même patron ou alors carrément, ils ont tous la même source d'approvisionnement militaire.

Un autre cas est celui d'Oïcha où vers 19 heures locales, les assaillants ont fait incursion dans le quartier Masosi, cellule Cafeza, à face de l'ISP/Oïcha. Ces assaillants ont même trouvé le temps de boire de la bière comme dans une fête avant de se retirer après avoir brûlé une maison d'habitation. Ils ont fait le porte à porte en dévalisant les maisons d'habitations et ont emporté les animaux de la basse-cour. Aucun assaillant tombé au champ de bataille, aucun capturé comme cela a été le cas pour les deux dernières attaques dans la ville de Beni, malgré les détonations entendues des armes lourdes et légères pendant plusieurs heures. Nous apprenons que, deux civils sont portés disparus à Oïcha et jusqu'à présent rien n'est encore fait par l'armée régulière pour tenter de poursuivre ces assaillants et libérer les otages.

Nous dénonçons avec véhémence cette insécurité générale et généralisée dans la région de Beni qui a comme conséquence, la perte des vies humaines, pillages des biens de la population, disparition de nos compatriotes. Nous dénonçons également la stratégie militaire de nos FARDC qui n'est pas du tout adaptée à la crise sécuritaire qui ronge cette région.

Pour chuter, nous exigeons à l'armée régulière FARDC et les casques bleues de la force Onusienne, de lancer les opérations militaires d’offensives contre ces assaillants sanguinaires. L'armée nationale  et les casques bleues doivent tout mettre en œuvre pour sécuriser la population de Beni et imposer la paix dans un bref délai.

Maître Jean-Paul PALUKU NGAHANGONDI

Coordonnateur national de la CRDH

 

logo black

No. 03, Boulevard Du 30 Juin
Q. Mbimbi, Commune Rurale D’oicha,
Province Du Nord-Kivu, Rep. Dem. Du Congo.
Tel : (+243) 851 885 713
Email: info@crdh-drc.org | crdhoicha298@gmail.com
            palukungahangondijp@gmail.com
Web: www.crdh-drc.org

Suivez-nous sur les Médias Sociaux

Qui Est en Ligne

Nous avons 130 invités et aucun membre en ligne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER