mardi 25 février 2020 | Login
RDC: RÉSURGENCE DES MASSACRES EN ITURI, LA CRDH DÉNONCE.

RDC: RÉSURGENCE DES MASSACRES EN ITURI, LA CRDH DÉNONCE.

L'organisation de défense des droits humains CRDH, dénonce la reprise des massacres en province de l'Ituri, Territoire de Djugu en république démocratique du Congo, après quelques mois seulement d'accalmie grâce aux interventions militaires de l'armée régulière FARDC et les casques bleues de la Monusco.

Pour rappel, entre le mois de décembre 2017 jusqu'au mois d'avril 2018, cette province a été secouée par une insécurité générale caractérisée par les massacres des membres de la communauté Hema d'une part et ceux de la communauté Lendu de l'autre part précisément dans le Territoire de Djugu. Pendant cette période, plusieurs villages ont été attaqués par les hommes, femmes et enfants armés porteurs des armes blanches et quelques armes en feu. Des maisons ont été brûlées, des pillages systématiques et les villages ont été vidés par leurs habitants craignant pour leur sécurité.

Au moment où on espérait déjà à la paix et sécurité dans cette partie de la province de l'Ituri, au moment où le gouvernement de ladite province procédait déjà à la réinstallation de déplacés de guerre dans leurs villages d'origines, au moment où les réfugiés à l'extérieur du pays commençaient déjà à regagner le pays, la violence vient de reprendre encore créant ainsi une psychose dans le chef de la population du Territoire de Djugu. Certains villages commencent à être encore vidés de ses habitants pourtant l'espoir était déjà là pour une paix durable, la population commençait déjà à reprendre une vie normale. La situation sécuritaire dans le Territoire de Djugu est tellement préoccupante pour le moment, les bourreaux multiplient des attaques contre les éléments de l'armée régulière FARDC mais également contre la population civile. On assiste à des actes des pillages, embuscades, enlèvements, cambriolages, incendies des maisons, assassinats, bref: c'est le même mode opératoire avec ceux qui insécurisent la région de Beni pendant ces quatre année.

Pour nous en convaincre, les cas ci-dessous ont été documentés par la CRDH :

1, Dimanche, 16 septembre 2018: 4 localités riveraines du lac Albert dont Muvaramu, Songa1, Songa 2, et Tara ont été attaquées par un groupe armé constitué des hommes, femmes, enfants porteurs des armes en feu et armes blanches. Bilan : 12 morts dont 9 éléments FARDC, 3 civils et une dizaine des populations portées disparues ;

2, Mardi, 18 septembre 2018: La position de l'armée régulière FARDC basée à Jiro, village situé dans le groupement Gobi en Secteur de Walendu Tatsi a été la cible particulière d'une attaque. Cette attaque s'est soldée par les tueries des éléments FARDC dont certains officiers. Après l'attaque, on observe maintenant un déplacement massif de la population de cette contrée;

3, Dimanche, 23 septembre 2018: La localité de Taba, au bord du lac Albert, en secteur de Bahema Sud a été attaquée. Bilan : 3 pharmacies, 23 boutiques et 27 ménages systématiquement pillés;

4, Lundi 24 septembre 2018: Vers 4 du matin, la position de l'armée régulière FARDC basée à Roo, dans la localité de Bule en Chefferie de Bahema Badjere, a été la cible d'une attaque armée. Bilan : 1 blessé par balle et 6 morts dont 2 éléments FARDC, 2 dépendants des éléments FARDC et 2 civils.

Cette recrudescence de la violence en Ituri et à Beni où le mode opératoire des bourreaux se ressemble, est une épine dans le processus électoral en cours. L’État Congolais et la Monusco doivent se battre pour permettre à ce que la population de Kivu-Ituri participe aux élections du 23 décembre 2018 dans un climat apaisé. Les mesures sécuritaires doivent être renforcées et l'armée régulière doit accélérer les opérations de traque contre ces égorgeurs qui perturbent la quiétude de la population mais aussi, une enquête sérieuse doit être menée pour identifier cette entreprise de mort qui est en œuvre au Kivu-Ituri et poursuivre ceux qui sont impliqués dans cette activité criminelle.

Maître Jean-Paul PALUKU NGAHANGONDI

Coordonnateur national de la CRDH

 

 

 

logo black

No. 03, Boulevard Du 30 Juin
Q. Mbimbi, Commune Rurale D’oicha,
Province Du Nord-Kivu, Rep. Dem. Du Congo.
Tel : (+243) 851 885 713
Email: info@crdh-drc.org | crdhoicha298@gmail.com
            palukungahangondijp@gmail.com
Web: www.crdh-drc.org

Suivez-nous sur les Médias Sociaux

Qui Est en Ligne

Nous avons 134 invités et aucun membre en ligne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER