mardi 25 février 2020 | Login
L'honorable Muhayirwa Kazungu Simon, dénonce l'insécurité générale dans la région de beni-lubero, caractérisée par des tueries et arrestations des leaders locaux.

L'honorable Muhayirwa Kazungu Simon, dénonce l'insécurité générale dans la région de beni-lubero, caractérisée par des tueries et arrestations des leaders locaux.

C'est à-travers une déclaration politique N°001/SKZ/DP-NK/2018, que c'est élu de la ville de Butembo, s'est exprimé pour dénoncer une insécurité grandissante caractérisée par des massacres, assassinats ciblés, enlèvements et kidnappings, incendies des maisons d'habitations, embuscades contre les véhicules des particuliers, vols en mains armées, menaces et arrestations ciblées des leaders communautaires y compris des opérateurs économiques dans la région de Beni-Lubero. Pour ce Fils du terroir, tout ce qui se passe actuellement dans cette partie de la RDC en Province du Nord-Kivu, serait une stratégie pour anéantir politiquement et économiquement la population de cette région pour des raisons qui restent à découvrir.

Ci-dessous le contenu de la déclaration:

Moi, Honorable MUHAYIRWA KAZUNGU Simon,

Préoccupé par la dégradation quasi permanente de la situation sécuritaire actuelle dans la partie Nord de la province du Nord-Kivu entraînant quotidiennement les pertes nombreuses en vies humaines, en dépit de la forte militarisation d’une région qui connaît une forte présence des troupes des FARDC et de la MONUSCO ;

Condamnant les attaques et incursions qui viennent d’avoir lieu au cœur des villes de Butembo et Beni et dont les auteurs restent « difficilement identifiés », encore que ces genres d’attaques débouchent toujours sur des arrestations ciblées, et presque programmées d’avance, des notables et fils du milieu, donnant l’impression d’une stratégie montée pour décourager l’entreprenariat local et affaiblir les bases de l’économie de la région;

Considérant les aveux du Ministre congolais de la défense nationale qui reconnaît que les forces de la défense du pays n’avaient pas d’unités spécialisées dans les stratégies des guerres asymétriques (utilisées par les groupes armés actifs dans la région);

Compatissant avec l’ensemble de la population du Grand-Nord triplement victime d’abord des massacres cruels qui datent de plusieurs années, ensuite du phénomène « Kasuku » et des incursions régulières des hommes en armes dans les familles, et enfin de l’épidémie réelle d’Ebola;

Dénonçant des enquêtes précipitamment ouvertes au moment du forfait et qui cessent avec la chute progressive des émotions des victimes, enquêtes qui ne donnent jamais lieu aux rapports détaillés sur les circonstances et les bilans clairs des préjudices. Au point que ces enquêtes commencent à être perçues comme une démarche cynique destinée à calmer les victimes sans aucune intention de les faire aboutir aux conclusions intéressantes pour les victimes;

Associant les dernières sorties médiatiques d’un soit disant Prophète contre la communauté Nande et les massacres qui ne s’arrêtent toujours pas à Beni, et qui ne visent directement que les filles et fils de la région ;

Recommande :

Aux autorités locales, provinciales et nationales:

  • Au sujet des dernières attaques de Butembo et Beni: d’établir la lumière sur l’identité des assaillants et de communiquer clairement sur le nombre et le profil des personnes qui ont succombé dans les circonstances de ces affrontements (cas de l’attaque de Rughenda à Butembo) ;
  • Au sujet d’Ebola: d’encourager les acteurs de l’équipe de la riposte à éviter des attitudes et pratiques susceptibles de révolter la population et d’entamer sa confiance dans cette campagne contre l’épidémie, en ce qui concerne surtout les cas suspects et la prise en charge du personnel soignant local;
  • Au sujet des personnes ayant marché nues sur le boulevard principal de la ville de Butembo: de déférer les personnes concernées devant la justice pour instruction du dossier en toute transparence et dans un procès public équitable;
  • Au sujet de l’insécurité permanente à Butembo: d’instruire clairement le commandement et les éléments de  la police nationale congolaise sur son vrai rôle dans la ville où certains responsables se livrent à un affairisme flagrant ; d’organiser une relève générale des troupes (dans toutes les unités spéciales) qui n’ont plus la confiance de la population avec qui ils sont pourtant appelés à collaborer pour la sécurité de la ville ; de relever les éléments de l’armée qui sont à Beni et déploiement des unités spéciales pouvant s’adapter efficacement aux stratégies de l’ennemi ;
  • Au sujet des prédications de certains prophètes qui sèment la haine tribale: de surveiller les activités des mouvements religieux qui, plutôt que de semer l’amour, sèment la haine et le tribalisme, au risque de discréditer les confessions religieuses dont le rôle est très remarquable dans l’éducation et le développement intégral de la population

A la population de la région (Butembo, Lubero et Beni):

  • Au sujet d’Ebola : d’adopter de manière systématique les mesures d’hygiène appropriées pour limiter les risques de propagation de cette épidémie, l’une des plus dangereuses que l’humanité ait connue; d’éviter de tomber dans les pièges des ennemis de la communauté qui veulent détourner l’attention de la population vis-à-vis de cette grave maladie (à travers les communications afin d’orchestrer des sévères pertes en vies humaines dans notre milieu vital;
  • Au sujet de l’insécurité permanente et des attaques répétitives Beni et Butembo: de rester solidaire et vigilante pour promouvoir la traditionnelle culture d’autoprise en charge qui nous a toujours caractérisé et de dénoncer les cas suspects pour la sécurité de tous ; de rester mobilisés dans les quartiers et communes pour surveiller les mouvements suspects et les dénoncer au moment opportun en vue de leur contrôle et maîtrise ;
  • Au sujet des provocations du soit disant prophète Jules: de rester calme et attentive à ses activités, car au stade actuel, des personnes de  plusieurs catégories sont utilisées pour nuire à la communauté et à ses Leaders et Notables;

A la communauté internationale :

Au sujet de la situation sécuritaire de la région : de mettre en place une force militaire internationale ou multinationale, neutre et active, composées d’unités spécialisées susceptibles de redonner espoir à un peuple qui prend de plus en plus conscience des limites opérationnelles des forces engagées dans la traque des groupes armés qui continuent de tuer, à leur bon gré,  les populations civiles dans la région.’’

Au regard de tout ce qui se passe dans la région de Beni-Lubero, ce Député Provincial, de l'opposition politique au compte  de la DCF/N, a pleinement raison. En analysant même les différentes déclarations politiques des autorités de cette République, les officiers de l'armée FARDC et la menace de la justice militaire contre les leaders d'opinion, opérateurs économiques,  massacres en grande échelle dont la population de Beni est en train de subir aux yeux impuissant de l'Etat Congolais et de la Communauté Internationale, il y a lieu de conclure que, l'on est victimes d'un complot monté en toute pièce. Il est donc temps de prendre conscience, de se lever comme un seul homme pour résister contre ce plan diabolique. 

 

Maître Jean Paul PALUKU NGAHANGONDI

Coordonnateur National de la CRDH.                                           

logo black

No. 03, Boulevard Du 30 Juin
Q. Mbimbi, Commune Rurale D’oicha,
Province Du Nord-Kivu, Rep. Dem. Du Congo.
Tel : (+243) 851 885 713
Email: info@crdh-drc.org | crdhoicha298@gmail.com
            palukungahangondijp@gmail.com
Web: www.crdh-drc.org

Suivez-nous sur les Médias Sociaux

Qui Est en Ligne

Nous avons 107 invités et aucun membre en ligne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER