dimanche 19 janvier 2020 | Login
INSECURITE: Justice Populaire à Beni-Oïcha

INSECURITE: Justice Populaire à Beni-Oïcha Featured

C'est depuis Décembre 2017 que la Commune rurale d'Oïcha, Chef-lieu du Territoire de Beni en Province du Nord-Kivu que la population est victime des actes de la barbarie de la part des hommes armés vêtus en tenues FARDC.  Ces hommes qui insecurisent au plus haut point cette Commune Urbaine de la RDC commettant des vols en mains armés, extorsions des biens de la population, des viols,  des menaces de mort et meurtres et assassinats sous les yeux impuissants des autorités politicoadministratives, militaires et policières y compris judiciaires de cette région. 

Depuis le mois de Décembre 2018 jusqu'à présent, la CRDH a identifié 10 cas de tuerie des assassinats ciblés, 48 cas d'extorsion des biens de la population et 18 cas de vol en mains armés à Oïcha et à Mbau. Ces cas sont ceux là que nous avons identifié mais plusieurs autres cas ont échappé à la CRDH par manque d'éléments et moyens logistiques suffisants.
La fois passée nous avions dit dans notre déclaration que ceux qui insecurisent la population dans les milieux urbains sont en majorité les éléments de l'armée loyaliste FARDC d'après les informations des victimes que nous avions interviewé lors de notre monitoring. Nous avions même demandé aux autorités militaires qui sont dans cette région de mettre fin à cette pratique en assurant l'encadrement des éléments des troupes qui se promènent sans contrôle nuitamment et même la journée en commettant des infractions au sein de la population civile.
Nous constatons avec regret que rien n'a changé depuis cet appel et la preuve est que, ces éléments de l'armée loyaliste FARDC qui opéraient la nuit pour martyriser la population à travers les actes criminels( vol à main armée, extorsion, assassinats et meurtre) commencent à opérés en pleine journée tout en étant habillés en tenues FARDC et armes en mains pourtant outils que cette même population achète pour garantir sa sécurité. C'est cas même curieux de constater un comportement pareille au sein des personnes sensées sécuriser cette population.
Pour soutenir notre argument, le cas le plus récent est ce lui du lundi 30/07/2018 dans la matinée, au rond point d'Oïcha centre , un élément incontrôlé de l'armée régulière FARDC, animé par une mauvaise foi a extorqué mille dollars américains (1000$ USD) d'un boucher dans une  pharmacie dénommée MUKO PHAR en pleine journée au centre commercial comme si la criminalité est déjà officialisée à Oïcha et environs. Ce bandit a tiré plusieurs coups des balles  à l'air pour se chercher un chemin malheureusement il a été stoppé après le forfait par les habitants d'Oïcha qui ont été alertés par le client de la pharmacie et sont venus tabassé le soldat jusqu'au point qu'il a rendu l'âme sur le champ suite aux coups de boxes. 
La CRDH qui condamne cette justice populaire pense que les autorités ont failli à leur mission régalienne dans cette partie de la RDC puisque les cas de criminalité ont exagérés et les criminels se comportent comme dans un terrain qu'ils ont conquis sans être inquiété au point d'opérer en plein centre commercial et en pleine journée. 
La même journée, après la léver du corps du soldat  MATESO ,de la 312 ème Bataillon Hindou, voleur abattu par la population Oïcienne, un autre élément FARDC a été arrêté nette par la population en train de voler un matelas dans une maison d'un particulier toujours à Oïcha. 
Tous ces cas de banditisme de nos FARDC tentent de nous amener à conclure qu'ils seraient en train de souffrir en percevant un salaire insignifiant dans la région de Beni puisque des militaires qui sont bien encadrés par l'État ne peuvent pas se comporter de cette manière devant une population souffrante dont ils sont sensés sécuriser et défendre. l'État doit éviter à sacrifier la population en assurant l'encadrement responsables aux militaires et policiers qui se battent jour et nuit pour la défense de l'intégrité de notre territoire et la sécurité de population et ses biens.

La CRDH appelle la population à un comportement républicain et la population doit éviter à se rendre justice puisque nos lois déterminent des instances pour sanctionner les délinquants.

Maître Jean-Paul PALUKU NGAHANGONDI

Coordonnateur national de la CRDH

logo black

No. 03, Boulevard Du 30 Juin
Q. Mbimbi, Commune Rurale D’oicha,
Province Du Nord-Kivu, Rep. Dem. Du Congo.
Tel : (+243) 851 885 713
Email: info@crdh-drc.org | crdhoicha298@gmail.com
            palukungahangondijp@gmail.com
Web: www.crdh-drc.org

Suivez-nous sur les Médias Sociaux

Qui Est en Ligne

Nous avons 57 invités et aucun membre en ligne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER