vendredi 18 janvier 2019
JEAN-PAUL PALUKU NGAHANGONDI: CE NOM AU NUMÉRO 124 AUX LÉGISLATIVES PROVINCIALES SUR LES LÈVRES DES HABITANTS DE BENI RURAL

JEAN-PAUL PALUKU NGAHANGONDI: CE NOM AU NUMÉRO 124 AUX LÉGISLATIVES PROVINCIALES SUR LES LÈVRES DES HABITANTS DE BENI RURAL Featured

"C'est pendant des moments d'impasse que naissent des héros", dit-on. Monsieur Jean-Paul en ai un, vivant de cette époque. Ce digne fils de Beni est fils du président de la F.E.C. de Oïcha monsieur KAMBALE KAMWANYA et neveu de MUSAVULI connu mieux sous le nom de papa Mon sauveur, tous deux leaders de cette partie du territoire de Beni. C'est auprès d'eux qu'il apprend la défense des intérêts des déshérités. Défenseur des Droits Humains depuis des lurettes, il voit le jour dans son Oïcha (chef-lieu du territoire de Beni) aujourd'hui "commune rurale". Jeune de la " série 8" passe sa jeunesse entre Oïcha, Butembo et Bunia/Ituri où il est un animateur (Zélateur) inlassable du mouvement d'action catholique CROISADE ÉUCHARISTIQUE. C'est là qu'il apprend davantage l'organisation des groupes et s'affermit spirituellement jusqu'à créer son propre mouvement d'actions qu'il nomme MESSAGER DE L'ÉVANGILE avant d’aller prononcer ses vœux de chasteté et célibat à Kampala Namugogo où il s ;est engagé de suivre le trace des saints et bienheureux martyrs de l’Eglise Catholique. Ce mouvement spirituel de prière qui œuvre déjà dans 3 Diocèses Catholique de la RDC, se renforce dans la prière aux malades et aux possédés à travers l’évangélisation. C'était vers les années 2002. Croisé dans ma paroisse de Bulema, je l'apprends aussi. Personne ne pouvait croire qu'à cette époque un jeune de la vingtaine d'années puisse avoir un don aussi complexe d'exorcisme. L'Église du Diocèse de Butembo-Beni a même connu des tumultes à cause de lui tellement il était devenu la référence dans plusieurs paroisses catholiques environnantes de Oïcha.  Je fais ma première rencontre avec lui à Butembo. Je découvre en lui un homme compatissant, sérieux et surtout combattant. Celui qui écrivait que "ceux qui se ressemblent s'assemblent..." ne mentait pas. Notre conversation est émaillée de sourire, de rire, des moments d'interruption des claques de mains on dirait qu'on n'a pas fini à se dire " bonjour". C'est d'ailleurs par la suite que j'avais constaté que c'était un geste légendaire pour lui. Quand vient le temps de parler de la situation du pays, nos humeurs changent comme si on apprenait une mauvaise nouvelle. Bon, c'était le début d'une longue vie entre deux combattants chrétiens-croisés. Le temps des combattants est arrivé quand la situation de Beni s'empirait davantage. Il fait ses premiers pas dans le groupe de défense des droits de l'homme nommé BON SAMARITIN de l’honorable Kambale Omer où il est président en territoire de Beni. Il devient secrétaire de la Société civile de ce territoire auprès de Teddy Kataliko et Kavota Omar en tant que leur secrétaire. Vite il se rend compte que le chemin que poursuivaient ses chefs était opposé du sien. Les Droits humains n'étaient plus leur cheval de bataille mais plutôt leurs intérêts privés. Il claque la porte pour créer sa propre association nommée C.R.D.H. Combinant son combat spirituel à celui de la dignité humaine, ce jeune courageux des ombres devient à la fois un héros christique et un symbole de la dignité humaine et de la démocratie. Par ses moyens de bord, vendant même ses biens pour la défense des victimes des massacres de Beni, il constitue une data base pour inventorier les victimes des odieux carnages qui est devenue aujourd'hui la référence de tout chercheur sur le massacre de Beni. Il a plusieurs fois passé nuit à la belle étoile pour l'intérêt des victimes. Ceux avec qui il œuvre pour constituer cette base des données et pour traquer l'ennemi sont abattus à un et un. On ne cessera de le dire, le grand complice est l'un des bouchers du siècle mr Mundos Akili. Le proche de JP le Général Mamadou Ndala s'en va à premier suivi de son remplaçant le général Bauma puis du colonel SANGOTÉ. La mort du révérend Père Vincent Machozi vient remuer la plaie encore fraîche. Ce Père qui rassemblait parfois tous les combattants ou du moins parlait à chacun d'eux. Il nous cachait pendant des moments périlleux. Je me souviens que ce jour-là tard la nuit je reçois un message de cette mauvaise nouvelle de l'un de ses proches l'actuel vice-président de Société Civile du Nord-Kivu monsieur Edgar Mateso, message que je transmets fidèlement à Monsieur Jean-Paul Ngahangondi. Cette nuit, il n'est pas en ligne. Le matin quand il reçoit le message, il m'informe que la soirée de la veille en pleine prière d’intercession il avait senti l'odeur du sang dans sa maison où il était encore en exil à l’epoque. Dieu lui avait donc parlé. Le Révérend Père n'était plus de ce monde! Ô Seigneur, recois-le dans tes parvis avec d'autres suppliciés pour la bonne cause! Cette mort avait frustré tout vrai combattant, et c'est là qu'on a appris à être clandestin. L'écrivain Boniface Musavuli posta sur son mur que c'est la mort de Vincent qui lui inspira d'écrire son livre sur Beni parce qu'il se rendait compte qu'on risque d'être assassin sans avoir rien fait sur le massacre. "J'étais aussi obliger d'acheter un disque dur externe dans lequel garder mes données et envoyer loin de moi dans un milieu secret..." me dira monsieur 124. "Un jour vient, nous le vengerons". Ensuite vient le temps du procès bidon, un procès fourre-tout qui prétend juger les phénomènes maï maï, ADF, mort de Mamadou,... Monsieur 124 y est appelé comme renseignant dans une affaire l'opposant au meurtrier du siècle Mundos Akili. Les griefs portés contre lui sont entre autres " la démoralisation des troupes au front", "fausses accusations contre Mundos",... Il se défend correctement. Le monde commence à découvrir la grandeur cachée dans la simplicité de fils d’Oïcha. Le fait d'avoir resté ferme dans ses déclarations le poussant à l'exil puisque l'assassin Mundos voulait attenter à sa vie. C'était plutôt sa nième fois qu'il se réfugie tantôt dans des couvents, tantôt dans des campements de la MONUSCO tantôt dans des pays étrangers. Bref, l'homme en a vu de toutes les couleurs en cherchant à défendre sa terre contre les occupants. Cette ténacité et ce goût à ne rien dire que la vérité lui a valu la casquette de l'homme le plus aimé de ce coin. Aujourd’hui candidat à la députation provincial, il est la tête de sa liste. Déjà à quelques jours de la fin de cette campagne, un candidat et non le moindre monsieur GERVAIS KANZALINZALI de l'AFDC s'est désisté à sa faveur à la radio Moto-oicha. Il a dit se maintenir seulement aux nationales mais laissant place à monsieur JP (pour les intimes) aux provinciales. D'autres (FCC ou Opposition) impriment même leurs photos avec son effigie. Monsieur 124 est donc devenu un phénomène. Je finis cet humble témoignage sur mon ami, frère et compagnon de longue et dure lutte en exhortant toutes et tous d'aller voter massivement pour lui, le vrai changement. Bonne chance honorable JEAN-PAUL PALUKU NGAHANGONDI 124.

Website : www.crdh-drc.org



CYRILLE MUHINDO MBUGHEKI le combattant de la liberté.

logo black

No. 03, Boulevard Du 30 Juin
Q. Mbimbi, Commune Rurale D’oicha,
Province Du Nord-Kivu, Rep. Dem. Du Congo.
Tel : (+243) 996525718, 997706782, 814163204
Email: info@crdh-drc.org | crdhoicha234@gmail.com
Web: www.crdh-drc.org

Suivez-nous sur les Médias Sociaux

Qui Est en Ligne

Nous avons 45 invités et aucun membre en ligne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER