vendredi 15 février 2019
RDC-ELECTION: Un peuple qui élit mal ses dirigeants n’est pas victime mais plutôt complice 

RDC-ELECTION: Un peuple qui élit mal ses dirigeants n’est pas victime mais plutôt complice  Featured

Tant attendu depuis 2016 l’année où devraient être organisées les élections, Emmanuel Ramazani Shadary est finalement le dauphin du président Joseph Kabila. Sept ans après la victoire de Kabila aux élections de 2011, la majorité présidentielle n’avait pas préparé le successeur de Kabila. Selon les conditions dans lesquelles les peuples congolais vivent depuis 7 ans notamment les massacres de population du Nord-Kivu et de l’Ituri, l’insécurité alimentaire, la corruption, le chômage, les violences sexuelles et de droits humains, le niveau d’éducation très bas, les manques d’électricité et d’eau potable, les routes impraticables, devront plus attirer l’attention de ce peuple congolais qui fait face à la grande épreuve des élections auxquelles ils éliront les nouveaux cadre du pays.

Devant ces épreuves le peuple est appelé à la vigilance intellectuelle et doit savoir qui est qui ? A-t-il traversé les mêmes souffrances avec nous? et quel est donc son paln d'action politique?... Que compte-t-il faire pour pallier aux problèmes de ses prédécesseurs ? Bien que le président hors mandat depuis deux ans Joseph Kabila ait nommé le secrétaire permanent du PPRD comme le candidat unique de la plateforme Front Commun pour le Congo (FCC), les conditions ne sont remplies car, devenir président du pays nécessite celui qui connait les besoins du peuple et du pays mais pas celui qui a été choisi la veille des élections sans avoir un projet de société déjà présenté au peuple et sans ambition de gouverner mais seulement satisfaire un groupe d’individu.

Pour l'ONGDH/ CRDH, la population Congolaise qui a beaucoup souffert durant les deux mandants de Joseph Kabila n'a pas droit à l'erreur. Il est temps de corriger nos erreurs de la fois passée en faisant des choix responsables puisque nous avons déjà l'expérience de mauvais choix. Nous mêmes nous pouvons prolongé cette souffrance que nous subissons depuis la prise du pouvoir par Kabila et sa famille politique ou la stopper. Ce régime qui a échoué complètement sur tout le plan mérite une sanction exemplaire de la part des souverains primaires.

Depuis plus de 58 ans, la République Démocratique du Congo s’est toujours dit indépendante mais la vérité est que les dirigeants font de partenariats clandestins avec d’autres pays. Malgré tout cela, les crises de toute sorte sont toujours dans le pays et plusieurs moyens sont déjà utilisés pour vouloir mettre fin aux crises malheureusement la corruption prend son élan dans tous les secteurs du pays. L’autre moyen le plus efficace est de rompre le partenariat clandestin, éviter l’impérialisme, faire un échange d’égal à égal avec d’autres pays sans qu’il ait un commandant et un commandé ou une marionnette. C’est très capital pour un peuple occupé de connaitre ceci surtout dans cette période électorale et de comprendre que le pouvoir de diriger la RD CONGO n’est ni chez les américains ni chez les européens encore moins dans les pays voisins plutôt en RD CONGO même si on est animé d'un esprit philanthropique et non pas du sadisme. 

ELIE MBULEGHETI

Membre de la CRDH en Ville de Butembo

logo black

No. 03, Boulevard Du 30 Juin
Q. Mbimbi, Commune Rurale D’oicha,
Province Du Nord-Kivu, Rep. Dem. Du Congo.
Tel : (+243) 996525718, 997706782, 814163204
Email: info@crdh-drc.org | crdhoicha234@gmail.com
Web: www.crdh-drc.org

Suivez-nous sur les Médias Sociaux

Qui Est en Ligne

Nous avons 159 invités et aucun membre en ligne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER