dimanche 24 mars 2019
RDC-ELECTION: Quel danger peut courir un pays qui a 599 partis politiques, plus de 400 tribus, 26 provinces et 9 pays limitrophes?

RDC-ELECTION: Quel danger peut courir un pays qui a 599 partis politiques, plus de 400 tribus, 26 provinces et 9 pays limitrophes?

Par rapport au nombre de tribus présentes en république démocratique du Congo, chaque province compte en moyenne 15 tribus. Ces tribus sont liées chacune à ses origines, ses ancêtres, sa langue,… Donc si on veut par exemple élire un gouverneur de la province, chaque tribu sera tentée de vouloir installer son leader au gouvernorat. A ce niveau si les peuples entre-eux ne cultivent pas le sens de la paix, ça sera déjà un début du tribalisme. Pour Johnson ISHARA le président du parlement de jeunes du Nord-Kivu, « les tribus constitueraient la richesse si elles travaillaient en communion. Malheureusement aujourd’hui certaines d’elles prouvent de l’égoïsme politico-économique voulant seulement défendre leurs intérêts que de défendre ceux du pays entiers. L’égoïsme peut pourtant amener un peuple à la guerre civile »

Dans cet embarras vient une panoplie de partis politiques majoritairement soutenus par les tribus ou les ethnies selon l’appartenance socio-culturelle de la personne morale du parti. A ce niveau la situation s’aggrave davantage au point d’avoir de tendances tribalistes. La conquête du pouvoir et la suprématie font l’indispensable dans ces partis quel que soient l’insécurité, l’occupation, la non scolarisation des jeunes, l’injustice,… que connait le pays. C’est maintenant le peuple qui se repartie dans ces derniers qui, l’idéologie de certains n’est ni le bien du peuple ni le projet de société mais soutenir quelques individus. Une société menacée qui recourt au multipartisme comme seule arme de délibération a encore une anomalie mentale, car jamais il n’y aura pas 599 partis politiques, chacun avec son projet de société.

Face aux pays limitrophes, il y a une plusieurs possibilités positives ou négatives selon que la RD Congo va s’y prendre. Si on imagine un peu la richesse du Congo convoitée par plusieurs organes du monde qui peut engendrer les guerres. Cela demande que les forces de la défense doivent être fortes et prêtes pour protéger le pays.

Dans un régime démocratique ou tout le monde peut exprimer ses opinions politiques, rien n’empêche l’existence de ces 599 partis. Mais sur le plan social, cette démocratie exagérée n’aide pas le pays, le peuple n’y profite absolument rien car lesdits leaders travaillent pour leur survie. Ce multipartisme une arme que peut utiliser l’ennemi pour semer la division dans le peuple, les tribus,… Face à ce multipartisme le peuple doit s’en méfier quel que soient les appartenances politique (opposition ou majorité) ou ethnique de leur leaders. Surtout dans cette période pré-électorale où les politiciens ne parlent plus de l’insécurité du pays, de la sous-alimentation le peuple doit comprendre que personne n’est à son service donc il revient à lui de se défendre. Ce même peuple doit aussi cesser de dire « celui-ci est MUSWAHILI, celui-là est MUNGALA, MUKONGO, MULUBA,… » car ceux qui lient le congolais sont plus nombreux que ce peuvent le diviser. Et l’opposition divisée entre-elle une fois au pouvoir, ça ne sera pas un moment de s’unir ou d’unir le congolais qui fait face à 599 partis politiques. Je ne suis pas entrain de féliciter le pouvoir en place qui n’as pas su finir ni identifier les tueurs de l’Est du pays, qui n’a pas su unir les politiciens selon leur plans de société, qui n’a su tenir sa parole pour les élections de 2016 ou celles de 2017 et dont la corruption germe dans les esprits du jour au lendemain.

Bien qu’on peut réduire certaines choses pour unir le pays, le vrai est que les 400 tribus resteront toujours 400 et les pays limitrophes resteront aussi 9, donc l’option la plus pratique est de fusionner les partis politiques. Lorsque le vrai leader arrivera au pays ou à sa tête, ça ne sera pas vouloir faire la dictature en diminuant le nombre de partis, ça ne sera pas de l’égoïsme en sécurisant les frontières mais ça sera un établissement de l’ordre du pays. La nation est volonté de tous de vivre ensemble et non le fait d’avoir un ancêtre commun ou une langue commune encore moins des valeurs culturelles communes ou un territoire commun.

Elie KASEREKA MBULEGHETI 

Analyste et Chercheur

logo black

No. 03, Boulevard Du 30 Juin
Q. Mbimbi, Commune Rurale D’oicha,
Province Du Nord-Kivu, Rep. Dem. Du Congo.
Tel : (+243) 996525718, 997706782, 814163204
Email: info@crdh-drc.org | crdhoicha234@gmail.com
Web: www.crdh-drc.org

Suivez-nous sur les Médias Sociaux

Qui Est en Ligne

Nous avons 108 invités et aucun membre en ligne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER