jeudi 23 mai 2019
RDC-BENI TERRITOIRE : Ce ne sont pas les Kalachnikovs qui nous convertirons en l'islam.

RDC-BENI TERRITOIRE : Ce ne sont pas les Kalachnikovs qui nous convertirons en l'islam. Featured

Nous avons suivis avec une attention soutenue le soi-disant message que les prétendus rebelles ougandais de l'ADF, auteurs de plusieurs crimes dans la région de Beni en province du Nord-Kivu, ont envoyé à la population  martyre de Beni ville et Beni territoire à-travers les 22 otages libérés mardi 05 Mars 2019, après 10 jours de captivité dans leur maquis situé à "Bango", dans le groupement Banande-Kainama, secteur de Beni-Mbau, territoire de Beni au Nord-Kivu.

À part les interviews réalisées par la CRDH avec ces otages libérés, certaines radios de Oïcha se sont aussi impliquées dont parmi elles, la radio Moto Oïcha, une radio missionnaire de l'église Catholique.

En entendant le message des prétendus Djihadistes, membres de la rébellion ougandaise de l'ADF dans l'interview que la radio Moto a réalisé avec l'un des otages libérés, il y a de la farce et la diversion au même moment.

Avant d'approfondir notre thèse, nous vous proposons le message de ces prétendus rebelles ougandais de l'ADF, envoyé à la population de Beni tel que reçu dans notre groupe whatsapp CRDH-CONGO, forum créé par l'organisation des défense des droits humains CRDH dans le but de partager les alertes et les informations sur la situation des droits humains dans notre rayon d'action dont voici la teneur :

«*Urgent !*

*Les adf demandent à toute la population de Beni de se convertir en musulmans sous peine d'être à nouveau massacré. Et que les FARDC abandonnent leur traque car ils ont actuellement difficile à trouver leurs besoins de 1ère nécessité.* 

*Message que les Adf ont donné aux otages libérés. Selon l'un des otages interrogé par Radio Moto Oïcha, ils ont été par surprise volontairement libéré et ces idiots d'Adf suivent souvent les informations des différentes radios.*»

D'après notre analyse, ces génocidaires de Beni qui suivent régulièrement les radios de la région qui relayent souvent les messages contradictoires des officiels congolais sur l'identité des assaillants depuis le début des massacres, ne font que répéter bêtement ce que les autorités politiques et militaires congolaises disent à-travers les medias croyant que tout le monde est  naïf. C'est de la diversion et de la farce de mauvais goût auxquelles jouent ces prétendus Adf qui exécutent le génocide des Nande dans cette partie du territoire de Beni. 

Les concepteurs de ce mensonge sur les causes de meurtres collectifs de la population en Beni ville et territoire se frottent les mains lorsque ces génocidaires nés reprennent leurs propos "mot à mot" pour en faire une revendication tout en oubliant que des simples analyses mettent à cause leur thèse dont par exemple ce que ces présumés ADF disaient aux victimes au début des massacres et ce qu’ils dissent actuellement.

D’âpres les différents témoignages que la CRDH avait recueilli juste entre 2014 et 2016 auprès des certains rescapés et ex otages, les ADF disaient être en train d’exécutér les massacres des civils dans le but de représailles contre le soutien de la population aux éléments de l’armée républicaine qui avaient lancé des attaques militaires contre leurs positions pour les neutraliser ou les amener à déposer les armes et retourner de force dans leur pays d’origine, alors qu’ils ont des concessions connues avec le pouvoir de Kinshasa depuis le feu président Mobutu Seseseko.

Ils disaient en suite aux rescapés et ex otages qu’ils ne comprennent pas pourquoi monsieur Joseph Kabila Kabange, peut lancer des attaques militaires contre eux pourtant, il sait très bien le rôle qu’ils avaient joué dans la guerre de l`AFDL et les concessions qui existent entre leur mouvement et l’AFDL de Lorent Désiré Kabila, père de Joseph Kabila Kabange.

Bref, ils disaient que leurs attaques contre les civils, est une manière pour eux de punir une population qui soutien leurs adversaires dont les FARDC et les Casques Bleus de Monusco. D’ailleurs, en cette période les ADF s’attaquaient plus aux populations civiles qu’aux éléments de l’armée gouvernementale et les Casques Bleus de la Monusco.

Personnellement nous considérons cette nouvelle revendication comme de la farce et diversion pour des raisons suivantes :

1, La thèse concernant la présence des terroristes djihadistes islamistes dans la région de Beni ;

On évoque de plus en plus un «terrorisme islamiste dans la région de Beni», ce terme recouvre-t-il une réalité?

Je me méfie de cette expression. Etre «islamiste», c'est vouloir la mise en œuvre politique des principes de l'islam. On peut être islamiste tout en étant un citoyen ordinaire d’un pays, un citoyen loyal, patriote d’une république qui a la vertu. Bref, on peut être Islamiste et se présenter aux élections.

En réalité les djihadistes islamistes, sont plus précisément, ceux qui adhèrent à une doctrine selon laquelle les musulmans sont opprimés et ont le devoir religieux de se défendre par les armes. Ils se distinguent également d’Al-Qaïda par leur soutien à l'idée du califat territorialisé, ce qui implique de faire allégeance à l'autorité théologique et politique suprême d'al Baghdâd.

A Beni, au Nord-Kivu et en république démocratique du Congo en générale, les "musulmans" sont-ils opprimés? Si oui, ils sont opprimés par qui et quels sont les indicateurs qui peuvent le démontrer pour que les prétendus ADF puissent se lancer dans une campagne de tueries jusqu’à ce niveau? La religion musulmane est dans la région de Beni, elle n’a aucun problème. Cette religion n'a jamais été contestée par les autochtones même une seule fois. Elle fait sans entrave aucune ses activités religieuses conformément à sa doctrine et au respect des lois de la RDC. Il n`y a jamais eu une guerre entre musulmans et chrétiens à Beni, même un simple conflit.

2, Le fait pour ces soi-disant djihadistes islamistes de Beni de s’attaquer même à leurs frères et sœurs de foi musulmane;

Comment pouvez-vous comprendre que ceux qui mènent une lutte pour défendre leur religion et les membres de cette dernière qui selon eux seraient opprimés, s’attaquent même contre ceux-là sensés défendre? C’est cas même contradictoire en rapport avec le djihad Islamiste connu sur le plan international. A Beni, plusieurs membres de l’église musulmane ont été aussi sauvagement tués par ces génocidaires que les officiels congolais attribuent le qualificatif de djihadistes islamistes. Ce qui prouverait que l’objectif de tueurs est à chercher ailleurs que dans des raisons purement religieuses comme on nous a toujours chanté.

3, La contradiction entre l’idiologie connue de l’islam sur le plan international et les actes que posent ces djihadistes islamistes de Beni en RDC ;

Nulle part au monde l'église musulmane utilise le Kalachnikov pour convertir les gens en Islam. L’église dans sa mission prophétique a des outils quelle a toujours utilisé pour persuader le peuple de Dieu de recevoir le message Divin. Le Kalachnikov n’a jamais été l’un des instruments même chez ceux qui font le djihad chez les musulmans. En parcourant le Coran livre connu comme Bible chez les musulmans, Allah (Dieu le créateur en Arabe) interdit de verser le sang d’un innocent et tous les musulmans pratiquants connaissent ça. L’aventure criminelle de Beni est propre aux païens, aux démoniaques.

Mais aussi, appart ça, des cas de pillages des porcs ont été enregistrés lors des attaques de ces islamistes. Qui sont ces islamistes au juste capables d’emporter même les porcs? N’est-ce pas une preuve par neuf que cette forêt héberge tout le monde?

4, L`Origine et objectif connus des ADF créé à 1995 par rapport aux actuels qui commettent le génocide des Nande dans la région de Beni ;

Nul n`ignore que l’ADF est une rébellion d’origine ougandaise créé en Ouganda à 1995, ayant pour objectif celui de renverser le régime de Yoweri Museveni, président de la république de l`Ouganda.

Curieusement, ceux-là que nous appelons actuellement ADF dans la région de Beni ne poursuivent plus cet objectif connu de tous selon les différentes déclarations des officiels congolais. Les ADF qui opèrent au Nord-Kivu notamment en Beni ville et territoire, ont un autre objectif qui est celui de transformer toutes les populations de cette partie de la RDC aux musulmans à travers les actes terroristes qu’ils posent sur terrain dont (les massacres, pillages, kidnapping, enlèvement, viols, embuscades, incendies des maisons et déplacements forcés), en vue d’implanter un Etat Islamiste dans la région du Grand Lac.

Ce nouvel objectif attribué aux Allied Democratic Forces (ADF) met à cause l’identité des assaillants qui massacrent les innocents depuis 2014 en Beni-Ville et territoire, d’où la nécessité des enquêtes sérieuses pour identifier les vrais tueurs qui pour eux, leur mission est celle de convertir les citoyens de Beni en musulmans et implanter de force un Etat musulman en utilisant la campagne des tueries comme moyen de prédication et non plus celui de renverser le pouvoir de Kampala.

Certaines indiscrétions renseignent souvent qu’après la victoire écrasante de l’armée congolaise FARDC à travers les opérations Sokola 1 dirigée par le feu général Bauma Ambamba contre les vrais ADF, un groupe d’assaillants soupçonnés d’être des éléments de la rébellion Rwandaise FDLR et quelques membres de la milice Nyatura (une milice en prédominance rwandais) étaient allés s’installer dans la région de Beni. Ce groupe aurait fait des concessions avec les résidus des ADF déjà affaiblis par les frappes de l’armée congolaise entre novembre 2013, avant de lancer les hostilités à 2014 dans cette région, ce qui expliquerait la présence des combattants qui s’expriment en Kinyarwanda parmi les combattants armés qui tuent à Beni.

Si l’on a toujours à faire à des vrais ADF, opposants au régime de Yoheri Museveni, quelle relation existe-t-elle entre le reversement du régime de Kampala et les massacres de Beni qui ont comme soubassement la création d’un Etat Islamiste? Pourquoi après les échecs des campagnes militaires menées par l’armée congolaise FARDC contre ces Islamistes, le gouvernement congolais n’a jamais voulu impliqué tous les pays du Grand Lac dans les opérations de neutralisation de cette bande des criminels pourtant aussi concernés par le danger qui est en gestation à l’Est de la RDC?

Plusieurs fois le président de la république ougandaise, une république connue comme pays d’origine de la rébellion ADF a sollicité l’autorisation de traverser la frontière pour combattre ses adversaires qui s’organisent contre son régime sur le sol congolais dans la région de Beni, le régime de Kabila lui refuse pourtant visiblement, la RDC seule est incapable de neutraliser cette nébuleuse.

Bref, les ADF à Beni est un secret de polichinelle. Toutes les revendications de ces soi-disant ADF que nous écoutons aujourd’hui, ne sont que de la farce et de la diversion pour perdre les traces sur l’identité des criminels. Ce qui se passe à Beni n'est rien autre que le génocide Nande. Si réellement c'est à cause de l’appartenance religieuse que les populations de Beni sont en train d'être massacrées selon le message que les prétendus ADF ont envoyé à la population de cette région martyre, cette revendication renforce d’avantage notre thèse de génocide Nande. Ceux qui cherchent à nier ce fait ne doivent que revoir leur matière sur le crime de génocide. Continuer à nier ce fait c'est faire le jeu de génocidaires.

D’après les recherches de la CRDH et une organisation juive basée à New-York aux Etats-Unis d’Amérique, "On estime que 95 % de membres du groupe ethnique Nande a été massacrée par les combattants armés se déclarant djihadiste islamistes membres de la rébellion ougandaise de l’ADF, parlant Kinyarwanda, Kiganda, Kiswahili local, Lingala, Kiswahili de l’Ouganda et du Rwanda à partir de 02 Octobre 2014. Il s'agit d'un génocide." 

 Une définition émanant de l'ONU

«Un génocide est un acte "commis dans l'intention de détruire, ou tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux", selon les termes de la convention des Nations unies du 9 décembre 1948. Cet acte peut être un meurtre, mais aussi une atteinte grave à l'intégrité mentale ou une mesure anti-natalité, l'essentiel étant que l'acte soit dirigé intentionnellement contre un groupe donné.»

La crise de Beni est en train de devenir une affaire de géopolitique internationale depuis que nous défendons de façon convaincante la thèse du "génocide". Du coup, les chercheurs commencent à se "ranger", les uns derrière l'évidence du génocide, les autres dans la contestation du génocide. Heureusement les faits sont là, 95℅ des victimes tuées par des combattants armés dans la région de Beni sont tous les membres de la communauté ethnique Nande.

«Ce ne sont pas les Kalachnikovs qui nous convertirons en l'Islam »

Maître Jean-Paul Paluku Ngahangondi

Initiateur et Coordonnateur national de la CRDH

Website: www.crdh-drc.org

logo black

No. 03, Boulevard Du 30 Juin
Q. Mbimbi, Commune Rurale D’oicha,
Province Du Nord-Kivu, Rep. Dem. Du Congo.
Tel : (+243) 996525718, 997706782, 814163204
Email: info@crdh-drc.org | crdhoicha234@gmail.com
Web: www.crdh-drc.org

Suivez-nous sur les Médias Sociaux

Qui Est en Ligne

Nous avons 49 invités et aucun membre en ligne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER