dimanche 24 mars 2019
Nord-Kivu : Une nouvelle vague de 22 otages relâchés ce mardi par des présumés rebelles de l'ADF; les preuves de "génocide Nande" se confirment d’avantage

Nord-Kivu : Une nouvelle vague de 22 otages relâchés ce mardi par des présumés rebelles de l'ADF; les preuves de "génocide Nande" se confirment d’avantage Featured

Ce mardi 05 mars 2019, la coordination nationale de l'organisation de défense des droits humains CRDH a été alertée dans la soirée, que d'autres civils qui étaient en captivité dans les maquis des présumés rebelles ougandais en pleine forêt de la région de Beni, notamment à l'est de Eringeti ont été libérés volontairement par leurs bourreaux c'est-à-dire sans le moindre contrainte de l'armée régulière. 

D'après nos sources à Eringeti, village situé dans la localité de Baungatsu-Luna, groupement Bambuba-Kisiki, secteur de Beni-Mbau, Territoire de Beni, en province du Nord-Kivu, ils sont au total 22 civils qui ont été volontairement relâchés par les présumés Adf dont 14 hommes, 7 femmes et 1 enfant ce mardi 05 mars 2019.Tous, habitants de Mamove et ses environs situé au Nord-Ouest du chef-lieu de Oïcha, chef-lieu du territoire de Beni. 

Ces personnes ont été accueillies par les éléments FARDC du 3204 ème Régiment basé à Eringeti en provenance de la brousse de "Maisafi", vers l'est dudit village après avoir passé plusieurs jours entre les mains de leurs bourreaux.

Ces civils étaient enlevés par les assaillants présumés rebelles ADF le 22 février dernier à Mamove, localité situé dans le groupement Batangi-Mbau en secteur de Beni-Mbau.

Cette libération intervient 4 jours seulement après que 14 autres civils soient relâchés par les mêmes rebelles à Makembi et Mabanga dans la même contrée le samedi 02 mars dernier.

Ces ex-otages seraient transférés à Beni ville auprès des autorités du commandement militaire des opérations militaires Sokola 1 avant que chacun ne regagne dans sa famille.

Aujourd'hui, avec ces deux vagues des otages que les présumés ADF viennent de relâcher sans une moindre pression militaire de l'armée régulière derrière eux depuis la dernière attaque de Mamove, la CRDH vient d'enregistrer 36 otages relâchés dans la région de Beni.

Dans notre article précédent, nous avions présenté les identités de 14 autres otages libérés samedi 02 mars dernier, dont le constat a été que tous étaient les membres d'une même communauté ethnique Yira (Nande), d'où la confirmation de la thèse de génocide dans la région de Beni où depuis le 02 octobre 1014, on assiste à une véritable destruction des "Nande" à-travers les meurtres collectifs perpétrés par des combattants armés vêtus en tenues civiles et militaires, s'exprimant à Kiswahili locale, Kiganda, Kiswali de l'est c'est-à-dire ( Kiswahili du Rwanda et de l'Ouganda), lingala et Kinyarwanda d'après plusieurs témoignages recueillis auprès des rescapés des différents massacres.

Aujourd'hui encore, après avoir vérifié minutieusement sur la liste des otages relâchés, la CRDH constate que tous sont membres de la communauté ethnique "Nande".

Pour nous en convaincre, ci-dessous la liste des otages relâchés ce mardi 05 mars 2019 par les présumés rebelles ougandais de l'Adf:

1, KAMBALE KISANGANI;

2, PALUKU CÉLESTIN ;

3, KAMBASU MUNDESU;

4, KAKULE CONSTAT;

5, KAMBALE KZLIMULI;

6, MUMBERE OFENI;

7, KAMBALE SILULIKONGUNDU;

8, KATEMBO INNOCENT;

9, PATRICK KATHYA;

10, JEAN LOUIS KAMBALE;

11, KAMBALE KASAÏ;

12, MUHINDO MUNEYI;

13, PALUKU MAKEUSA;

14, MUHINDO HERMAN;

15, AZIMI NYAKATO;

16, MASIKA JAVQUIS;

17, NEEMA DEBORAH;

18, KAVIRA SHAYIHOSOLA;

19, KAVIRA FRANCINE;

20, KATUNGU MUKEMAYI;

21, KAVIRA MARIE LUC;

22, MASIKA KALEKENE.

Vu que le génocide est un crime qui consiste en élimination physique intentionnelle, totale ou partielle d'un groupe national, ethnique ou religieux en tant que tel; 

Nous espérons que tous ces éléments doivent servir la communauté nationale, régionale et internationale qui nous lisent souvent à-travers cet outils que nous avions créé dans le souci de  mettre au parfait le monde entier sur ce qui se passe dans la région de Beni, à fin qu'il comprenne qu' "un génocide silencieux des Nande" est en train de se commettre en ciel ouvert en république démocratique du Congo au Nord-Kivu.

Les membres de la communauté ethnique "Nande" sont en train d'être sauvagement détruit à-travers les meurtres collectifs en raison de leur appartenance ethnique. Cela doit interpeler l’Etat Congolais, les Nations Unies, l'Union Européenne, les États-Unis, l'Union Africaine, la justice internationale et tous les autres acteurs clefs qui peuvent intervenir non seulement pour stopper le crime, mais aussi pour ouvrir des enquêtes internationales sérieuses quant à ce et poursuivre les auteurs y compris leurs collabos impliqués d'une manière ou d'une autre.

Nous continuons à exiger une enquête internationale indépendante pour constater le fait ci-haut évoqué puisque les éléments pour soutenir cette thèse sont légions. La CRDH qui continue à ravitailler les partenaires extérieurs en informations sur le crime de Beni, reste prête à collaborer avec toute personne de bonne volonté pouvant aider d'une manière ou d'une autre à plaider en faveur de cette zone martyre. Plus de 3000 civils sauvagement massacrés et 2000 autres portés disparus tout simplement parce qu'ils sont Nande, devant les yeux impuissants du monde entier c'est inacceptable. 

Pour chuter, si vous êtes prêt à plaider en faveur de cette population sacrifiée, abandonnée et victime de génocide monté et planifié, contactez nous à partir de ces adresses électroniques que nous utilisons officiellement: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou soit à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

«Le drame qui se déroule dans la région de Beni à l’Est du pays n’est plus une insécurité, ou un simple conflit, mais un génocide silencieux.  Il doit être requalifié tenant compte de son ampleur et de son intensité». 

Maître Jean-Paul PALUKU NGAHANGONDI

Initiateur et Coordonnateur national de la CRDH

Website: www.crdh-drc.org

logo black

No. 03, Boulevard Du 30 Juin
Q. Mbimbi, Commune Rurale D’oicha,
Province Du Nord-Kivu, Rep. Dem. Du Congo.
Tel : (+243) 996525718, 997706782, 814163204
Email: info@crdh-drc.org | crdhoicha234@gmail.com
Web: www.crdh-drc.org

Suivez-nous sur les Médias Sociaux

Qui Est en Ligne

Nous avons 137 invités et aucun membre en ligne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER