jeudi 23 mai 2019
MESSAGE AUX AMIS ET CONNAISSANCES : TRAHI PAR CERTAINS DE MES COMPAGNONS DE LUTTE, JE M’ENGAGE A POURSUIVRE MON COMBAT POUR CETTE ANNEE 2019.

MESSAGE AUX AMIS ET CONNAISSANCES : TRAHI PAR CERTAINS DE MES COMPAGNONS DE LUTTE, JE M’ENGAGE A POURSUIVRE MON COMBAT POUR CETTE ANNEE 2019. Featured

Un signal clair m’a été donné et je sais écouter la voix qui me parle !

Sainte vierge Marie passe devant!

Après 19 ans de combat contre toute forme d’oppression que les bourreaux imposent aux êtres humains, j’ai la joie de renouveler encore aujourd’hui, le 4 janvier 2019, mon engagement de poursuivre mon combat sans relâche, pendant le moment favorable et non favorable, pour recouvrir le bien être de citoyens congolais. C’est engagement est pour moi une réponse à l’appelle de Dieu qui choisit des hommes et des femmes qui doivent défendre les droits, les libertés et la dignité de son peuple devant tout pouvoir tyrannique et ou encore devant tout oppresseur (Jérémie 1 :4- 13 et le verset 17-19).

L’année 2018 n’a pas été rose pour moi suite aux menaces de mort et toute forme d’intimidation que j’ai subis de la part du régime de monsieur Joseph Kabila Kabange. Plusieurs fois j’ai échappé à la prison et aux assassinats tout simplement parce que je me tenais debout pour dénoncer la souffrance de la population du Kivu et Ituri. Défendre les Droits humains dans mon pays RDC est un crime. Plusieurs défenseurs des droits humains brillants ont été abattus comme des bêtes à la boucherie et les autres emprisonnés durant le règne de Joseph Kabila Kabange. Dénoncer les bourreaux du peuple m’a couté chère au point de fuir mon pays comme le Prophète Moïse fuyant l’Egypte jusqu’au pays de Madian (Exode 2 :11-22).

Il faut aussi signaler que dans mon exil, un collaborateur proche de moi m’a trahi au point de chercher à me détruire auprès de mes connaissances. Ce monde héberge des gens animés par l’esprit de Caen. Je ne veux pas reprendre toute une litanie des actes criminels qu’il a posés contre moi et contre mon organisation CRDH. Pour la première fois, j’ai été totalement bloqué par Facebook, mon adresse électronique et celle de mon organisation ont été piratées et bloquées en deux reprises par ce collaborateur pour des raisons qui ne m’ont pas été données, tout comme j’ai été complètement isolé des miens. Comme Jésus-Christ, je vivais avec Judas à côté de moi sans que je le sache. Même si ça fait partie d’un prix à payer pour un combattant, j’ai la conviction que l’Eternel Dieu tout puissant vengera à ma place. Mes bourreaux et leurs progénitures payeront chère car la Bible dit : "Ne touche pas à mes serviteurs, et ne faites pas de mal à mes prophètes (1 Chroniques 16 :22)". Ceci me pousse à croire que nous entrons dans une nouvelle année pour le Congo. 

Même si j’ai été trahi par certains de mes proches comme le Seigneur Jésus-Christ, je ne baisse pas les bras. Je dois poursuivre mon combat jusqu’à la victoire finale et, j’ai la foi que la main de l’Eternel va continuer à me soutenir comme dans le passé. L’année 2019 est une année de combat, une année d’espoir pour l’avenir meilleur de notre pays. Ceci a vraiment du sens de faire partie d’un courent des combattants de la liberté qui se battent aux quatre coins de la planète terre contre les systèmes politiques qui oppressent les êtres humains, créés à l’image de Dieu et contre tout oppresseur quel que soit sa nature. Nous sommes de ceux et de celles, pour qui toute injustice faite à une personne, quel que soit l’endroit de la planète terre où cela se passe, nous fend le Cœur et nous convainc encore un peu plus qu’il faut agir pour changer le monde en profondeur. Je prends ma vie de combat comme une responsabilité que Dieu m’a donné sur cette terre. Souvent j’oublie les risques puisque mes yeux sont fixés sur le but à atteindre.

Avec tout le respect que je vous dois, je tiens à vous rappeler que vous avez eu assez de temps pour me connaître et comprendre mon discours sur la souffrance que le régime de Joseph Kabila a imposé à la population congolaise et plus particulièrement à la population de Beni-Lubero au Nord-Kivu et celle de la Province de l’Ituri. Un véritable chemin de la croix imposé à une population qui, son seul tort est d’appartenir à des tribus qui défient le plan de la balkanisation de notre pays RDC.  

Je ne suis pas le meilleur d’entre nous tous, mais j’ai la foi dans ce combat que nous menons et un feu brûlant m’a été imposé comme écharde dans mon cœur et dans mon âme pour le Congo et pour la terre de mes ancêtres. Voilà pourquoi je me suis engagé dans ce combat. 

Que pourrons-nous encore vous dire pour ébranler votre léthargie, secouer vos consciences et vous pousser à la grande décision de votre vie ?

Nous avons espéré pendant des années que chacun de nos mots soit comme une flèche pour transpercer vos cœurs. Nous avons écrit chaque mot de nos multiples discours, rapports, déclarations et messages avec la foi qu’ils revêtent tous de la chair humaine et se lèvent pour sauver le Congo et le congolais. Nous avons puisé toute l’énergie en nous pour écrire ces mots afin qu’ils prennent vie et nous sauvent tous. Nous avons cru que l’Esprit de Dieu leur doterait des ailes pour envahir le Congo et apporter le changement que tout le monde rêve et espère dans le silence des nuits implacables. Nous y croyons encore. Voilà pourquoi je vous écris encore aujourd’hui. 

J’AI PRIS UNE DÉCISION 

Je ne suis pas sur les réseaux sociaux pour garder des liens avec la famille ou les amis, je suis sur les réseaux sociaux pour un combat, pour tisser un réseau d'intelligences et de forces pour le salut de notre pays. 

Mon profil sera désormais réservé à mes amis de combat que nous menons contre la longue humiliation et souffrance de notre peuple. Mon profil est désormais réservé à toutes les personnes qui ont soif de liberté et sont prêts à passer à l’action pour mettre fin à l’occupation et à la mascarade politique dans notre pays. 

Il y a plusieurs manières de participer avec nous dans ce combat, mais vous avez choisi d’être des spectateurs, d’écouter et de lire des belles paroles sans vous réveiller.

Comprenez tous que j’élimine de la liste de mes amis tous ceux qui ne marchent pas avec nous dans ce combat et qui ne nous sont donc d’aucune utilité pour le combat de notre pays. Vous avez eu assez de temps pour vous conscientiser !

Certains d’entre-nous démontrent une hargne verbale contre ce régime et contre la situation macabre de notre pays, mais il leur manque cependant l’audace de quitter la politique de la salive pour l’action. Certains de nôtres qui vivent dans la diaspora ont fourni un grand travail de conscientisation malgré les faibles moyens à leur disposition et que nous reconnaissons la portée, mais nous ne pouvons pas indéfiniment conscientiser dans le virtuel; l’heure est venue de se décider pour l’action.

Si la paix et le bonheur acquis au prix du sang et des sacrifices énormes des Occidentaux envoûtent nos compatriotes de la diaspora au point de ne pas se décider de sortir de cette monotonie qu'ils dénomment malencontreusement combat ou résistance, nous sommes obligés de ne plus marcher avec eux et de ne plus les compter dans ce combat pour la nation. Notre peuple est saturé de nos cris lointains. Notre peuple veut nous voir dans l’action sur le sol de nos ancêtres. Notre peuple ne nous demande qu’une seule chose dans sa souffrance, dans ses faiblesses et dans ses limites voir nos paroles de compassion, nos cris de révolte, nos interminables vidéos et nos marches sur les macadams de Paris, Bruxelles, Londres, Johannesburg et Washington se transformer en action pour la libération totale de notre pays. Oui, certains congolais ont posé des actes démocratiques pour empêcher à Joseph Kabila de briguer le troisième mandat et exiger les élections pour l’alternance au sommet des institutions de notre pays. Nombreux d’entre eux ont péri sous les coups de balles de la police et de l’armée congolaise pourtant sensées les protéger et les défendre. Les Evêques et Prêtres catholique ont été humiliés, injuriés et intimidés par les caciques de ce régimes sans frein, un régime possédé par l’esprit du mal ; des compatriotes arrêtés et condamnés injustement par la justice aux ordres et d’autres contraints en exil. Bref, il y a ceux qui ont payé le prix pour aboutir aux élections du 30 décembre 2018. 

En attendant le résultat des élections, nous devons tous resté mobiliser pour les actions populaires responsables dans le cas ou monsieur Corneille Nanga et ce régime oppresseur vont se permettre de voler la victoire du peuple. La CENI doit proclamer la vérité des urnes et non le contraire.

PLUS DE 20 ANS D’OCCUPATION, DE TYRANNIE ET DE GÉNOCIDE, C'EST ASSEZ! 

Comme le dit un de nos compatriotes, la révolution ou le soulèvement populaire au Congo ne se limite qu’aux marches et finit en chansons pour ceux de l’intérieur, aux marches et aux vidéos pour ceux de l’extérieur. Nous avons besoin des acteurs conscients qui sont prêts à s’engager avec nous pour chasser démocratiquement ce régime qui nous a imposé la souffrance comme mode de vie. 

Tu es de ma famille biologique, mais tu n’es pas engagé avec moi dans ce combat pour la liberté, je respecte ta liberté, mais tu ne seras plus mon ami(e). Tu es une de mes vieilles connaissances d’enfance ou il y a longtemps, si tu n’es pas avec moi dans ce combat pour le bien être des congolais, comprends que tu n’es pas mon ami(e) de combat. Si tu ne sais pas m'atteindre en dehors des réseaux sociaux dans les actions populaires et démocratiques du terrain, tu n'es surement ni de ma famille ni de mes amis.

Nous avons une mission à accomplir. Nous avons un combat à gagner!

Laissez-nous travailler avec ceux qui agissent pour le bien de tous. Demain, vous en bénéficierez tous certainement. Le Congo connaît trop de morts pour nous permettre d’entretenir une bande de spectateurs même sur les réseaux sociaux. 

Il n’y a aucune richesse sur terre à laisser aux siens ni aucun bonheur sur terre comparable à l'acte de donner toute sa vie dans la lutte pour bien être des siens. 

Qui peut pénétrer la joie ineffable de Christ à Golgotha au moment de la grande victoire et de donner sa vie pour le salut de l'humanité ?

"Puisqu’il le faut, acceptons de mourir debout en défendant les droits et libertés des citoyens congolais. Continuons à défendre la terre de nos ancêtres. Notre lutte doit être conforme aux lois. La résistance doit continuer jusqu’au salut effectif de notre peuple pour l’avenir meilleur des générations futures…"

À nous revoir!

Maître Jean Paul PALUKU NGAHANGONDI,

Initiateur de la CRDH et du mouvement Catholique d’approfondissement spirituel des Laïcs Messagers de l’Evangile.

Website : www.crdh-drc.org

logo black

No. 03, Boulevard Du 30 Juin
Q. Mbimbi, Commune Rurale D’oicha,
Province Du Nord-Kivu, Rep. Dem. Du Congo.
Tel : (+243) 996525718, 997706782, 814163204
Email: info@crdh-drc.org | crdhoicha234@gmail.com
Web: www.crdh-drc.org

Suivez-nous sur les Médias Sociaux

Qui Est en Ligne

Nous avons 45 invités et aucun membre en ligne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER