vendredi 18 janvier 2019
RDC : La CRDH salue le lancement des opérations militaires conjointes d'offensives FARDC et Casques bleues de la Monusco contre les présumés rebelles ADF dans la région Beni.

RDC : La CRDH salue le lancement des opérations militaires conjointes d'offensives FARDC et Casques bleues de la Monusco contre les présumés rebelles ADF dans la région Beni. Featured

L'organisation de défense des droits humains CRDH salue le lancement des opérations militaires conjointes d'offensives des FARDC et la brigade d'intervention des nations unies (FIB) contre les rebelles Ougandais de l'ADF dans la région de Beni, province du Nord-Kivu en république démocratique du Congo.

Les unités de l'armée régulière FARDC appuyées par la brigade d'intervention de la MONUSCO, ont pilonné toute la journée de mardi 13 et mercredi 14 novembre 2018, les positions des présumés rebelles ADF dans le triangle de la mort (Eringeti-Kamango-Mbau), dans le territoire de le territoire de Beni.

Pendant ces deux jours, des tirs des armes lourdes ont été entendus dans la zone de Mayangose où les avions de la Monusco et FARDC bombardaient les bastions des rebelles.

"Il s’agit d’une opération conjointe, une opération des FARDC soutenue par les Casques bleues de la Monusco. Après les déclarations faites lors de la visite la semaine dernière des chefs de l’OMS et des opérations de maintien de la paix, l’opération en cours est une expression de la volonté exprimée de faire plus pour combattre les groupes armés et sécuriser la zone de Beni", a déclaré à Florence Marchal, porte-parole de la Monusco.

Cette offensive, ajoute-t-elle, devrait également "permettre une réponse efficace à l'épidémie à virus Ebola" à Beni, où l'épidémie, déclarée depuis le 1er août, a déjà fait 209 morts.

En visite à Beni la semaine dernière, Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire général adjoint des Nations Unies chargé des opérations de maintien de la paix, a affirmé que les casques bleus ont entamé une stratégie de défense active, à Beni et ses environs".

Les rebelles ougandais ADF (Forces démocratiques alliées), présents sur le sol congolais depuis 1995, sont accusés d’une série de massacres de plusieurs centaines de civils, depuis octobre 2014, dans la région de Beni. La CRDH qui n'a jamais cessé de réclamer les enquêtes internationales, indépendantes et crédibles pensent qu'au-delà des Adf il y aurait d'autres groupes armés qui seraient impliqués dans les crimes de Beni. La preuve est que, les rapports des experts des nations unies, du groupe d'étude sur le Congo (GEC) et tant d'autres, ont pu démontré qu'à part les Adf d'autres groupes armées armés et certaines personnalités de l'armée régulière FARDC ont été bel et bien impliqués d'une manière ou d'une autre. Ces allégations nécessitent l'implication d'une institution judiciaire internationale qui est effectivement indépendante pour le lancement des enquêtes neutres et crédibles en faveur des victimes de Beni. La justice congolaise a prouvé ses limites à la matière. Cette justice qui, au lieu de dire réellement le droit en faveur des victimes, elle se livre plutôt à des poursuites contre tous les acteurs ayant participé aux enquêtes des organisations indépendantes qui ont rendu les rapports sur les massacres de Beni. Une stratégie de faire taire la vérité et couvrir certains officiels cités dans ces différents rapports qui pourtant jusqu'à la preuve du contraire n'ont jamais été contredits par d'autres rapports.

Au niveau de la CRDH, nous saluons vivement le lancement de ses opérations militaires conjointes d'offensives et pensons qu'elles ne vont pas se limiter aux présumés Adf. Tous les groupes armés qui sont dans la région de Beni doivent subir la frappe jusqu'à ce que l'on se rassure que la zone est nettoyée, l'autorité de l'État est établie et les populations doivent retourner dans leurs différents villages pour reprendre leur vie normale. Ces opérations ne doivent plus connaître un arrêt avant que les ennemis de la paix et la sécurité disparaissent dans cette partie de la république démocratique du Congo comme c'est devenu une coutume. Le fait de mener les opérations militaires à Beni avec des pauses assimilées au relâchement est à la base de plusieurs tueries des civils suivi des actes de pillages, enlèvements, embuscades et consort. Nous disons encore que cette stratégie militaire a sacrifié des vies humaines dans cette région et nous ne voulons plus assister à ça.

Tous en soutenant les combattants de la FARDC et ceux de la force Onusienne engagés aux différentes lignes de front à la recherche de la paix, la CRDH appelle les bénéficiaires de cette action militaire à soutenir les forces armées de la république démocratique du Congo FARDC et les Casques bleues de la Monusco.

Maître Jean-Paul PALUKU NGAHANGONDI Coordonnateur national de la CRDH

logo black

No. 03, Boulevard Du 30 Juin
Q. Mbimbi, Commune Rurale D’oicha,
Province Du Nord-Kivu, Rep. Dem. Du Congo.
Tel : (+243) 996525718, 997706782, 814163204
Email: info@crdh-drc.org | crdhoicha234@gmail.com
Web: www.crdh-drc.org

Suivez-nous sur les Médias Sociaux

Qui Est en Ligne

Nous avons 29 invités et aucun membre en ligne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER