samedi 17 novembre 2018
Nord-Kivu : Les miliciens maï-maï ont attaqué l'état-major des opérations militaires Sokola1 en ville de Beni. 

Nord-Kivu : Les miliciens maï-maï ont attaqué l'état-major des opérations militaires Sokola1 en ville de Beni.  Featured

L’État-Major des opérations sokola l Grand Nord, situé au quartier Paida, commune Ruwenzori, tronçon Beni-Kasindi  plus au-moins 5 kilomètres de Beni centre a été attaqué par les miliciens maï-maï, dans la nuit de dimanche au lundi 05 novembre 2018.

En Ville de Beni, les armes lourdes et légères ont été entendues pendant plusieurs heures lors des affrontements qui ont opposé les Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) aux assaillants identifiés comme des maï-maï, une milice locale dite d'autodéfense. Jusqu'à présent on ne sait pas identifié le groupe. La zone de Beni fait face à plusieurs groupes des miliciens maï-maï.Ces groupes des miliciens mai mai disent avoir pour cible les présumés Adf  qui massacrent régulièrement la population civile en Ville et Territoire de Beni. Ce qui est curieux est que, ces miliciens ne se sont jamais attaqués aux égorgeurs de la population. Ҫa fait aujourd’hui 4 ans depuis que l’on continue à compter les nombres des civils massacrés pendant que ces maï-maï s’apprennent bien au contraire aux forces armées de la république. Ce qui se passe dans la région de Beni c’est une véritable zizanie, un théâtre sans leçon morale. A Beni, la population assiste aux conséquences d’une attitude d’un Etat démissionnaire.

Les informations à notre disposition révèlent qu'au cours de ces echanges des tirs, l’armée régulière réussi à tuer deux éléments miliciens maï-maï. Du côté de l'armée régulière, aucun bilan humain n'a été révélé par le commandement des opérations militaires Sokola1 à part l’incendie d’une position militaire basée au quartier Païda par ces assaillants.

S’agissant des dégâts collatéraux, deux maisons de commerce ont été incendiées dans ce coin de la ville de Beni. La CRDH n'a pas été à mesure de déterminer lors de son monitoring si, entre les deux protagonistes,  qui a mis le feu sur ces deux maisons de commerce.

Pour rappel, cette incursion des maï-maï intervient deux jours seulement après une autre attaque des maï-maï au cachot de l’auditorat militaire garnison de Beni-Lubero, situé au quartier Cité Belge commune Bungulu ville de Beni, où plusieurs détenus dont leurs dossiers étaient en instruction et les condamnés ont été libérés par les assaillants.

La situation sécuritaire de la région de Beni fait peur. La population ne sait plus à quel saint se vouer puisque, pendant toutes ces attaques c'est elle qui tombe victime. A quelques semaines de la tenue des élections, on assiste à une véritable diarrhée sécuritaire qui est en train de ravager les vies humaines et l'économie de la population de la région de Beni. Plusieurs villages sont déjà abandonnés par ses populations qui ont été forcées de quitter leurs entités suite à la violence des présumés Adf qui tuent atrocement les innocents par armes blanches et en feu. On ne sait pas comment avec cette flambée de  l'insécurité la population de Beni Ville et Territoire va participer aux élections du 23 décembre 2018 puisqu'en observant la manière avec laquelle l'État Congolais gère avec légèreté cette crise sécuritaire, la paix est loin d'être rétabli dans cette partie de la province du Nord-Kivu. La situation risque de dégénérer puisque jusque-là rien n’est fait par les autorités de la RDC et moins encore par les nations-Unies (ici représentées par la Monusco). Tous croisent les bras on dirait la mort des plus de 2000 civils massacrés, des maisons incendiées, des pillages et déplacements forcés de la population  est un fait divers pour eux. Nous comprenons que leur priorité est ailleurs. Sécuriser la population et ses biens comme mission premiere n’est qu’un simple slogan.

Ainsi donc, la CRDH craint qu'avec une nouvelle dynamique de la résurgence du phénomène maï-maï qui vient s'ajouter sur le phénomène présumé Adf, que la situation pourrisse encore d'avantage. Elle appelle les autorités Congolaises de permettre aux FARDC et Casques bleues de la MONUSCO de lancer le plutôt possible les opérations militaires conjointes de grandes envergures contre tous les groupes armés qui sèment terreur et désolation dans la région de Beni. 

Maître Jean-Paul PALUKU NGAHANGONDI

Coordonnateur national de la CRDH.

logo black

No. 03, Boulevard Du 30 Juin
Q. Mbimbi, Commune Rurale D’oicha,
Province Du Nord-Kivu, Rep. Dem. Du Congo.
Tel : (+243) 996525718, 997706782, 814163204
Email: info@crdh-drc.org | crdhoicha234@gmail.com
Web: www.crdh-drc.org

Suivez-nous sur les Médias Sociaux

Qui Est en Ligne

Nous avons 22 invités et aucun membre en ligne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER