samedi 17 novembre 2018
BENI, UNE BOUCHERIE HUMAINE : Les présumés ADF continuent à endeuiller les innocents à Beni, 26 personnes tuées suivies des blessées et disparues

BENI, UNE BOUCHERIE HUMAINE : Les présumés ADF continuent à endeuiller les innocents à Beni, 26 personnes tuées suivies des blessées et disparues Featured

Un groupe d'hommes armés qui seraient identifiés aux présumés rebelles ADF a attaqué la ville de Beni dans la soirée de ce Samedi 22 Septembre 2018,

D'après le Curé de la Paroisse Catholique Saint Gustave de Paida, ces rebelles étaient visibles dans la concession de la Paroisse avant de lancer l'assaut contre la ville. La population a même dénoncé cette présence suspecte auprès des services compétents malheureusement rien n'a été fait pour empêcher le pire. C'était à partir de 17h30 locale que les tirs étaient entendus derrière l’église catholique, une situation qui a paniqué toute la Ville de Beni, située dans Province du Nord-Kivu en République Démocratique du Congo.

Les habitants fuyaient pour sauver leurs vies, les ennemis ont fini par dépasser l'endroit appelé CTB-Mupanda dans le tronçon Beni-Kasindi pour atteindre là où on appelle la messe des officiers. La débandade a été totale suite aux détonations des armes lourdes et légères. La grande partie de la population de la commune Rwenzori et de Beu ont fui dans les communes voisines de Mulekera et Bungulu.

Ce qui se passe à Beni est un peu complexe puisqu'on ne peut pas imaginer que les massacres se poursuivent pendant 4 ans dans un rayon de moins de 50 Km Carré sans que l'armée régulière FARDC et les Casques bleues de la MONUSCO soient à mesure de s'adapter au mode opératoire de l'ennemi qui opère d'ailleurs avec les moyens très dérisoires (machettes, haches, marteaux et quelques armes en feu seulement).

La population ne sait plus à qui s'adresser dans le contexte actuel où l'État a prouvé sa défaillance dans la sécurisation de cette dernière et ses biens. C'est une honte pour notre pays et pour nous même puisque c'est la preuve d'un Non-État.

Ces affrontements qui ont duré plusieurs heures (de 17h30' jusqu'à 00 heure), ont produit un bilan provisoire très lourd au sein de la population civile tout comme parmi les éléments de l'armée régulière.

Ci-dessous le bilan provisoire:

  • 26 civils tués parmi eux 5 musulmans en soutane qui revenaient de la fête de leur collègue;
  • 5 militaires de l'armée régulière FARDC tombés;
  • 8 Civils blessés;
  • 4 maisons endommagées parmi lesquelles la salle polyvalente bicentenaire des sœurs oblates par les éclats de bombes;
  • 5 véhicules se trouvant au TCB-Mupanda endommagés;
  • Plusieurs autres biens de valeur pillés lors des accrochages;
  • Plusieurs personnes disparues...

Cette situation est un peu floue puisque, si on faisait des analyses sur la cartographie des positions de l'armée régulière aux alentours de la ville de Beni, on ne peut pas comprendre que les rebelles viennent jusqu'au Cœur de cette ville si stratégique pour réaliser une telle opération et répartir on dirait qu'ils se promènent dans une zone déjà conquise.

Qui peut nous empêcher de conclure que la population de Beni serait victime d'un complot ? Des ADF connus comme des rebelles Ougandais ont quel plan finalement sur le Territoire Congolais ? En s'attaquant aux civils Congolais sur leur sol permettra-t-il à ces opposants du régime de Yoweri Kaguta Museveni à renverser son pouvoir ? Voilà autant des questions que nous-nous posons malheureusement sans réponse aucune.

Tout en condamnant ces tueries lâches de la population de Beni, la CRDH appelle les autorités Congolaise à un sens de responsabilité pour résoudre ce chao sécuritaire.

Maître Jean-Paul PALUKU NGAHANGONDI

Coordonnateur national de la CRDH

logo black

No. 03, Boulevard Du 30 Juin
Q. Mbimbi, Commune Rurale D’oicha,
Province Du Nord-Kivu, Rep. Dem. Du Congo.
Tel : (+243) 996525718, 997706782, 814163204
Email: info@crdh-drc.org | crdhoicha234@gmail.com
Web: www.crdh-drc.org

Suivez-nous sur les Médias Sociaux

Qui Est en Ligne

Nous avons 16 invités et aucun membre en ligne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER