mercredi 19 juin 2019
Société Civile-N/Kivu:Bulletin d’informations hebdomadaire N° 005/scvf/nk/08-2018 du Dimanche 19 au Samedi 25 aout 2018

Société Civile-N/Kivu:Bulletin d’informations hebdomadaire N° 005/scvf/nk/08-2018 du Dimanche 19 au Samedi 25 aout 2018 Featured

Le présent bulletin d’informations hebdomadaire est une initiative de la Coordination Provinciale de la Société Civile du Nord-Kivu. Il s’agit d’un condensé de différents monitorings qui retracent les informations qui ont marqué durant la semaine la Province du Nord-Kivu dans son ensemble. Il a pour objectif non seulement d’alerter pour informer la population en vue d’un éveil civique et patriotique, mais aussi d’interpeler les autorités  ainsi ses partenaires pour une prise de décision rapide et responsable en vue d’améliorer les conditions de vie de la population du Nord-Kivu. 
 
A travers ce cinquième numéro, la Coordination Provinciale de la Société Civile du Nord-Kivu voudrait tirer pour la énième fois une sonnette d’alarme au sujet de la présence sur le sol congolais des personnes inconnues, porteurs d’armes, habillées en tenues militaires. Ils circulent dans le Parc National des Virunga, près de la frontière ougandaise. Pour la dernière fois, ils ont été aperçus en début de la semaine par des cultivateurs à Munyanga, groupement de Binza, chefferie de Bwisha, en territoire de Rutshuru. La population redoute qu’ils ne soient des éléments du M23 qui ont annoncé lundi 13 août 2018 qu’ils étaient déjà présents en RD Congo depuis janvier 2018, alors qu’ils sont supposés être cantonnés en Ouganda.
 
S’agissant de l’épidémie à virus d’Ebola, le Ministère de la Santé a publié les nouvelles statistiques faisant état de 107 cas déjà enregistrés dont 79 confirmés, 28 probables ; il a indiqué avoir déjà comptabilisé un total de 70 morts,  11 guéris et 27 hospitalisés. Cette hausse du nombre inquiète la population qui, par ailleurs, dénonce ce qu’elle qualifie de mauvaise prise en charge alimentaire des malades et la faible sensibilisation (non maîtrise de la langue et coutumes locales. Elle s’interroge sur les attitudes à adopter surtout en cette veille de la rentrée scolaire et deux mois avant le lancement de la campagne électorale. 
 
Par ailleurs, sur toute l’étendue de la Province du Nord-Kivu, on a continué à enregistrer des cas d’enlèvement des civils, d’assassinats, d’incursions nocturnes, de tracasserie routière, … dont les hommes porteurs d’armes seraient responsables. Dans certains cas, les agents de l’ordre sont accusés ou suspectés, alors que dans d’autres ils sont aussi victimes.
 
BENI TERRITOIRE,  Dimanche 19 août 2018  En secteur Beni-Mbau,
 
Dans les villages de Ntombi et Mangimo, à l’Ouest de Mayimoya, en groupement Bambuba-Kisiki, des présumés miliciens maï-maï ont été capturés par des militaires Fardc du 312ème bataillon qui les ont immédiatement conduits en ville de Beni pour détention et instruction de leur dossier.
 
Lundi 20 août 2018  en Secteur de Beni-Mbau
 
1. Dans le village de Mapobu, situé à l’Est de Kokola, groupement Bambuba-Kisiki, un affrontement a opposé les FARDC aux rebelles ADF. Ces assaillants ont surpris les Fardc en pleine activité communautaire de salongo pour l’entretien de la route. Quelques minutes après, les FARDC ont pris le dessus sur eux et ont réussi à les repousser.
2. Sur la Route Nationale N°4, aux environs de 18 heures, les éléments ADF ont tendu une embuscade à un motocycliste en provenance de Ndalya (Province d’Ituri) pour Oicha (Province du Nord-Kivu). Mr Paluku Stanislas qui transportait ses deux petits fils en est sorti avec des blessures graves. L’attaque a eu lieu entre Kisiki et Maibo sur la route Oicha – Eringeti. Ces trois personnes ont été sauvées grâce à l’intervention rapide des Fardc. La circulation a été momentanément suspendue avant qu’elle ne reprenne tard dans la soirée.
 
 Mercredi 22 août 2018, en Secteur de Beni-Mbau
 
À Mukoko, deux civils ont été tués lors d’une attaque des ADF contre les FARDC. Il s’agit de Monsieur Kambale Mirembe (65 ans) et Madame Kahindo Beloty, épouse d’un militaire. C’était aux environs de 17h30. Au cours de ces attaques, les assaillants ont emporté 17 vaches d’un opérateur économique de la place. Une enquête sérieuse s’impose. 
À Eringeti, village situé sur la RN4, en groupement Bambuba-Kisiki, le président de l’ASBL ATEPHABE a été assassiné aux heures vespérales par des hommes non autrement identifiés et porteurs d’armes.
 
Jeudi 23 août 2018, en Secteur de Ruwenzori
 
Le taximan Gédéon a été criblé des balles par des bandits porteurs d’armes. Ils l’ont rencontré à son domicile sis au quartier Mwangaza, à Kasindi-Luviriha. Les voisins ont tenté de  venir à sa rescousse en le dépêchant dans une structure sanitaire. Mais quelques heures après, il a succombé de ses blessures. C’était vers 1 heure, heure locale. Le matin, il y a eu soulèvement de la population qui exprimait son ras-le-bol. Au cours de cette vive tension, le bureau du Fonctionnaire Délégué du Gouverneur de cette commune a été incendié par des manifestants.
 
En chefferie des Bashu
 
Trois pêcheurs de la marine Ougandaise ont été arrêtés en pleine pêche dans les eaux congolaises. Ils ont été détenus momentanément à Kyavinyonge, en attendant leur transfert à Beni ville pour instruction de leur dossier.
 
BENI VILLE,En commune Beu, Mercredi 22 août 2018
 
Monsieur KAMBALE MULEWA, alias Kihuka a été kidnappé par des hommes armés non autrement identifiés. Sa destination est restée inconnue. A l’occasion, ils ont emporté 26 000 francs congolais et 15 dollars américains, argents leurs remis par son épouse qui tentait en vain de les persuader de ne pas aller avec son mari. Le fait s’est passé à 22 heures en cellule Kilikoma, quartier Lyakobo. Vers le milieu de la journée, ces bandits ont commencé à exiger une rançon de 500 dollars américains pour libérer le pauvre Kihuka. Ils exigeaient que cet argent soit déposé au village de Kalingathe, près de Kalau.
 
Vendredi 23 août 2018, en commune Ruwenzori, sur la RN4
 
Une attaque menée par des assaillants à tenues militaires semblables à celles des commandos FARDC en direction de la position des FARDC a été repoussée par ces derniers sur l’axe Ngadi – Kadou. Ils ont contrôlé le quartier Ngadi, situé sur la route Beni - Oicha pendant à peu près une demi-heure, avant de subir le feu des Forces Armées de la RDC, malgré la perte de certains des leurs.
 
En commune Mulekera,
 
Monsieur Samy Mbafumoja, âgé d’une vingtaine d’années, a été assassiné aux heures vespérales par des bandits non autrement identifiés et porteurs d’armes, en cellule Bas-Congo, quartier Tamende. Un suspect militaire FARDC serait déjà aux arrêts. Cette situation a été à la base d’une vive tension et d’une paralysie d’activités dans cette cellule et a embrasé tout Tamende-Kati. 
 
BUTEMBO, en Commune Mususa,, Dimanche 19 août 2018 
 
Un taximan membre de la FENAPEC Transport, mieux connu par le nom de Gerlache  Mumbere Kyavu, a échappé  miraculeusement d’un assassinat dont son propre client devait être auteur. C’était aux environs de 20 heures que son client connu sous le nom d’Abouba, habitant en cellule Irangya, quartier Bwinongo, a voulu le percé à la tête par une épée. La victime a été secourue par les jeunes du quartier grâce à son alerte. Ceux-ci ont maîtrisé le bandit qu’ils ont remis entre les mains des agents de l’ordre et ont conduit le pauvre Mumbere au Centre Hospitalier EERA / Vukaka.
 
 Mardi 21 août 2018, en commune Bulengera,
 
Des personnes non autrement identifiées ont déterré nuitamment le corps de Monsieur Kambale Malo Kamulete, alias Fulamando, à Nyalulembe, en cellule Mahondo, Quartier Kyaghala. Elles l’ont abandonné près d’une école située à environ 3km de l’endroit où il était enterré. Il a été inhumé de nouveau au cimetière public de Kitakandi. Pour rappel, Monsieur  Kambale Malo Kamulete était un détenu de la prison centrale de Kakwangura et est mort à l’Hôpital Général de Référence de Kitatumba dans la nuit de jeudi 16 à vendredi 17 août 2018. Il fut enterré le lundi 20 août 2018. Et, comme nous l’avons indiqué dans notre bulletin précédent, il était poursuivi pour viol sur mineur et était déjà condamné pour 5 ans de servitude pénale depuis le 05 décembre 2016 sous le dossier RP 3282. Il était résident au quartier Kitulu, en commune Mususa.
 
Vendredi 24 août 2018, en commune Kimemi
 
1. Monsieur Mbusa Ulé, résidant au n° 131 de la cellule Musavu, quartier Vutetse a été blessé par balles par des bandits porteurs d’armes aux environs de 0 heure 30 minutes. Ces bandits ont d’abord brisé les vitres de la fenêtre avant de lui loger  des balles dans son épaule. Le pauvre Mumbere a été secouru par ses voisins qui l’ont dépêché à l’hôpital de Matanda où il a subi une opération chirurgicale la même nuit-là.
2. Des bandits porteurs d’armes blanches et à feu ont fait incursion au domicile de KIGOZI King, commandant de la Police de Circulation Routière, PCR, de l’axe Butembo – Manguredjipa. Le fait s’est passé aux environs de 0 heures au n° 103 de la Cellule Ngule, Quartier Vutetse. Ces bandits ont emporté 500 dollars américains. Avant de s’en aller, ils ont tiré deux balles en direction de la chambre à coucher des parents. Aucun dégât humain n’a été enregistré.
 
GOMA ,en commune Karisimbi, Dimanche 19 août 2018
 
Une jeune fille est morte calcinée dans un incendie de maison à 23 heures, dans la résidence située au N°1 du quartier Katoï. Mademoiselle Jolie de 18 ans est une élève de 4ème année des humanités. Trois autres personnes en sont sorties avec des blessures y compris un nourrisson. L’origine de l’incendie reste à préciser. Le véhicule anti-incendie de la MONUSCO est venu à la rescousse pour éteindre le feu, mais c’était déjà tard.
 
Lundi 20 août 2018, en Commune de Goma
 
Les transporteurs d’eau du lac Kivu sont entrés en grève suite à la multiplicité et la hausse des taxes de ce service. Cette situation a provoqué la pénurie d’eau dans cette ville portuaire. De nombreux jeunes et enfants parcourent des kilomètres pour aller puiser de l’eau au lac, avec risque d’accident de circulation ou de noyade. 
 
LUBERO, Chefferie des Batangi, Samedi 25 août 2018
 
Une attaque des Nduma Defence of Congo, NDC-Rénové de Guidon SHIMIRAYI a été repoussée par les Fardc de Kasugho. Cette attaque a été à la base d’une panique et des mouvements de la population alors qu’elle commençait à retourner timidement. Elle reste sans aucune assistance humanitaire. 
Cette attaque a été conduite par Mr TONDEZE NYOLANYOLA T5 du NDC/R. Un élément de son escorte a été blessé et s’est directement rendu au FARDC le soir de ce samedi. Un autre élément rendu avec ses munitions fait signe d’un regroupement des NDC/R au village de Makuranga, à environ 7 km à l’Ouest de Kasugho. Les FARDC contrôlent Mitimingi, Vusigha, Masekeseke, Katendere, …
Notons que lorsque les Fardc délogeaient ces miliciens de Kagherie et Kasugho la semaine lundi 13 au samedi 18 août 2018, la population croyait que c’était le début de sa libération. Elle ne comprend pas comment plusieurs villages dans les chefferies des Batangi et Bamate ainsi que ceux du territoire de Walikale sont toujours occupés par ces miliciens. Pendant ce temps la population continue à les subir dans les villages de Bunyatenge, Muhanga, Kitowa, Fatua, Mbuhi, Mukwakwando, Mukusa, Kali, Kasinga, Pitakongo,
Chefferie des Baswagha,  
Trois éléments FARDC basées à Kinyatsi sous le commandement du Capitaine Yenga, en groupement Lughongo ont ravi les biens de la population : des téléphones, des outils aratoires, des postes récepteurs radios au village de Luthambi, chez Mr Mustafa Mukira. Ils ont emporté 7000 francs congolais chez Bozy Katutu. Ils ont également ravis 40 dollars américains d’un boucher qu’ils ont rencontré en cours de route.
Signalons que dans leurs habitudes, ces militaires se comportent comme des maï-maï en passant d’une ferme à une autre pour récolter à la fin du mois 5 dollars américains par chèvre ou mouton et 10 dollars américains par vache.
 
MASISI 
 
Les habitants du village Kabashumba en groupement Mupfunyi Karuba ainsi que ceux du village de Rutivumbura en groupement Mupfunyi Matanda  dénoncent et déplorent les multiples cas de tracasseries des militaires de l’Opération Sokola 2 dont ils sont souvent victimes. Ceux-ci prélèvent une bonne quantité sur leurs récoltes et exigent une somme de 500 francs congolais à tout passant. 
 
Lundi 20 août 2018, en Chefferie des Bahunde
 
Un élément FDLR, connu sous le nom de Mussa Mustafa a été arrêté par les FARDC à Karenga, groupement Kamuronza avec une arme à feu.
 
Mardi 21 août 2018, n Chefferie des Bahunde, 
 
Monsieur Jadot Maniraguha, président des taximen moto de la sous-section de Karenga, en groupement Kamuronza, a été kidnappé vers 17 heures sur la route Sake – Kitshanga entre le village de Luhonga et de Lupango.
 
Chefferie des Bashali, Mercredi 22 août 2018.
 
1. Un conducteur de moto qui se rendait de Kitshanga à Goma est tombé dans les mailles des bandits au niveau de Rample, en groupement Bashali Mokoto.
 
2. Les déplacés de la localité de Kalungu se trouvant dans différents villages et grandes agglomérations ont indiqué qu’ils n’ont aucune assistance.
 
Chefferie des Bahunde
 
Un mouvement des FDLR a été observé lorsqu’ils traversaient le Parc National des Virunga vers les collines de Ruvunda. Et de là, ils sont disparu dans la nature. Cela à provoqué une panique dans chef de la population.
 
Jeudi 23 août 2018, en chefferie de Bashali
 
Les FDLR ont arrêté et enlevé un civil en plein marché de Kalembe, en groupement de Bashali-Mukoto. Les causes de cette arrestation et de cet enlèvement ne sont pas connues. Ce qui inquiète encore plus les habitants de ce village, c’est que les éléments du NDC auraient annoncé qu’ils sont en train de se préparer pour aller libérer cet otage.
 
En Chefferie des Bahunde
 
Un enfant de 3 ans a été kidnappé par des bandits non autrement identifiés. Il s’appelle Kito Bonane, fils du Mwamini Kainanga de Sake.
 
 En Secteur Osso Banyungu, Samedi 25 août 2018, 
 
Une mésentente a été observée entre les miliciens APCLS. Des tirs nourris ont été entendus et un d’entre eux, Mr Tulinabo, en est sorti avec des blessures graves. Cet échange des tirs a provoqué la panique au sein de la population qui commençait à fuir dans tous les sens.
 
 RUTSHURU, Lundi 20 août 2018 
 
1. A Vitshumbi, agglomération située sur la côte Ouest du lac Edouard,  neuf (9) pêcheurs ont été kidnappés avec 3 de leurs pirogues et un moteur. Les auteurs de cet acte seraient des miliciens mayi-mayi venus de Kyanika, en territoire de Lubero. Pour rappel, dans notre troisième numéro, nous avions indiqué que ces miliciens avaient été délogés par les militaires FARDC en collaboration avec les éco-gardes de l’ICCN le 01/08/2018, mais que cette position qui venait d’être occupée par les Fardc avait été abandonnée par ces agents de l’ordre depuis le 07 août 2018. Nous avions même souligné que la  présence de ces derniers constituait déjà une menace contre la population qui craignait pour des représailles et que les pêcheurs étaient exposés au payement des amendes arbitraires évalué à 10 000 FC par semaine. 
 2. Des conducteurs des motos taxis dénoncent les multiples tracasseries dont ils sont souvent victimes et dont les militaires Fardc sont responsables sur toute l’étendue du territoire de Rutshuru. En effet, pour quitter Goma jusqu’à Ishasha via Kiwanja, il faut traverser 7 barrières. Et à chaque barrière, le motocycliste débourse 200 à 500 francs congolais, sans compter les frais de la barrière et autres services y greffés. 
 
En Chefferie de Bwito, Mercredi 21 août 2018
  
Une jeune fille de 10 ans nommée Assifiwe Maombi a été assassinée à 20 heures au village de Katsiru en groupement Bukoma. Les auteurs et le motif de cet acte ignoble n’ont pas été identifiés. Ces bandits venaient de blesser par balles d’autres personnes dans plusieurs autres ménages. 
 
NYIRAGONGO en Chefferie des Bukumu
 
La population continue à réclamer la réhabilitation de leur chef de chefferie, malgré les tentatives de réhabilitation du Mwami qui assurait l’intérim après qu’il ait déposé une lettre de mise en disponibilité.
 
WALIKALE 
 
Le territoire de Walikale reste toujours enclavé : les routes sont en délabrement très avancé, la majorité des villages ne sont pas sous la couverture des réseaux de téléphonies cellulaires et les groupes armés continuent à commettre des exactions sur les civils tout en exploitant illicitement des minerais.
 
Mardi 21 août 2018 
 
Des coups de balle on résonné aux alentours de la prison centrale de Walikale aux environs de 14 heures. Une panique a régné et une frayeur a occupé les cœurs des habitants. Tout le monde pensait à une attaque d’un groupe armé. C’était des tirs de sommation pour contrer un prisonnier militaire qui voulait s’évader. Il a été maîtrisé par les éléments de la PNC commis à la garde de la prison.
 
 CONCLUSION 
 
1. Comme on peut le constater en parcourant la situation générale de chaque ville et territoire, la situation est restée préoccupante sur l’ensemble de la Province du Nord-Kivu. La Société Civile du Nord-Kivu s’indigne du silence qu’affichent les autorités de la RD Congo chargées de la sécurité des personnes et leurs biens ainsi que de la défense de l’intégrité territoriale. Leur silence et leur inaction frisent un abandon et un délaissement de la population à la merci des groupes armés nationaux et étrangers, sinon une démission tacite. 
2. La question de l’éventuelle présence des éléments de l’ex-M23 devrait préoccuper au plus haut degré les autorités de la RDC de peur d’être accusées de complices, prêtes à sacrifier leurs citoyens. À cet effet, le mécanisme conjoint de vérification devrait être saisi le plus vite possible pour disposition utile.
3. La Société Civile fait observé que, les Forces Armées de la Républiques Démocratique du Congo sont souvent restées à la défensive, au lieu d’aller à l’offensive. Curieusement, après qu’elles aient osé attaquer et déloger les NDC/R de Kagheri et Kasugho en territoire de Lubero le 13 août 2018, elles ont subi beaucoup attaques à la fois des présumés ADF en territoire de Beni. Pendant ce temps, les cas d’assassinat, de braquage, d’incursion et de kidnapping ne cessaient de se multiplier en milieu tant urbain que rural. Ce qui porte à croire que les « ADF » solidariseraient avec des miliciens maï-maï et vice-versa. Leurs ramifications se seraient établies aussi bien parmi les civils que parmi les agents de sécurité et le commandement des ADF et des maï-maï seraient probablement le même.
4. La MONUSCO dont le mandat porte essentiellement sur la protection des civils est revenue à son attitude ancienne : se limiter à constater les dégâts et compter le nombre des morts alors qu’elle a une force et l’autorisation de traquer les groupes armés. Elle n’a d’autre choix que de s’appliquer à sauver les vies humaines pour améliorer son bilan en RDC. Dans le cas contraire, elle en répondra un jour devant l’histoire. Une force spéciale du genre « Artémis » s’avère nécessaire et indispensable avant le début de la campagne électorale.
5. L’épidémie à Virus d’Ebola continue à tuer les congolais. En cette veille de la rentrée scolaire et de la campagne électorale, la vaccination générale de tous les habitants s’impose en vue de prévenir toute contamination et toute propagation. Aussi s’avère-t-il indispensable de renforcer la campagne de sensibilisation en faisant recours à la main d’œuvre locale.
 
Fait à Goma, le 18 Août 2018.
 
Pour la Coordination Provinciale de la Société Civile du Nord-Kivu,
 
1. John Banyene Balingene, Président, +243 994 038 669
 
2. Edgar Katembo Mateso, Premier Vice-président, +243 997 130 838 / +243 822 079 100
 
3. Mme Louise Nyota, deuxième vice-présidente
 
4. Georges Muhindo Katsongo, Rapporteur Général
 
5. Thierry Hatangi, Rapporteur Général Adjoint
 
6. Mme Aimée Kataliko, Questeur
 

logo black

No. 03, Boulevard Du 30 Juin
Q. Mbimbi, Commune Rurale D’oicha,
Province Du Nord-Kivu, Rep. Dem. Du Congo.
Tel : (+243) 851 885 713
Email: info@crdh-drc.org | crdhoicha298@gmail.com
            palukungahangondijp@gmail.com
Web: www.crdh-drc.org

Suivez-nous sur les Médias Sociaux

Qui Est en Ligne

Nous avons 108 invités et aucun membre en ligne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER